Loïc Prigent

  • Ils sont de retour. Encore mieux habillés, encore plus déconnectés. Mais attention : «  Tu crois que je suis à côté de la plaque mais ce n'est pas toi qui décides où est la plaque  »  ! Les poètes du hors-sol. Les timbrés du premier rang des défilés de mode. Tout un monde souvent parisien, toujours à la pointe, jamais épuisés. Loïc Prigent revient avec le dernier bulletin de santé de ses petits camarades du monde de la mode. 
    Diagnostic :   - Des gens avec un bon sens hors du commun  : «  Passe-moi le champagne, j'ai un chat dans la gorge.  » - Des gens qui connaissent très bien les maux des autres : «  Elle a une allergie à la simplicité.  » - Des gens qui savent éviter les obstacles avec simplicité : «  Je file à mon déjeuner au Ritz. Je vous laisse gérer la crise, je reviens vers 16 h.  » - Des gens qui n'ont pas le temps : «  J'avais tellement faim j'ai oublié d'instagrammer mon repas.  » - Des gens compréhensifs : «  En tout cas on apprécie tous que tu attendes le soir pour pleurer. C'est un super progrès.  » Et, quoiqu'en en dise ou en pense, des gens qui ne se font pas d'illusions :  «  Tu es belle. - Tu ne dis ça que quand je porte mon sac Chanel.  »
    Après le succès de « J'adore la mode mais c'est tout ce que je déteste », le nouveau livre du Chamfort (Nicolas) de la frivolité en temps de crise. 

  • Voici les saisons de couture de Loïc Prigent. Depuis 2011, celui qui est le plus influent documentariste de la mode tient un compte twitter (@LoicPrigent) qui fait grincer des dents tout le milieu de la mode et rire tous les autres (et parfois le milieu lui-même). Laissant ses oreilles traîner dans les défilés et les studios, il y recueille les bons mots, les rosseries, les énormités, les béatitudes et les coups de griffe des participants de ce petit cercle qui gouverne le goût du monde entier. Mannequins ? Attachés de presse ? Créateurs ? Qui parle ? Ecoutez-les, orchestrés par Loïc Prigent, porte-voix de cette nouvelle comédie humaine. Il y invente un nouveau genre littéraire : le pépiement. « Ne pleure pas. Pense à ton maquillage. » « - C'était bien ton dîner? - J'ai dit que des trucs que j'avais déjà dits et écouté que des conversations que j'avais déjà entendues. » « - Quel jour on est ? - Mais comment veux tu que je le sache ? » « J'ai tellement faim, je pourrais manger. » A coup sûr, le livre le plus drôle des années 10. Et, qui sait, le plus poétique ? Le livre est le choix des meilleures phrases de ces cinq années, auxquelles Loïc Prigent a ajouté un grand nombre d'inédits.

  • On le sait : la prison est devenue une école de la criminalité. Incarcérés pour des délits mineurs, nombreux sont les détenus à récidiver, alors que la prison devrait, au contraire,donner à des individus coupables envers la société les moyens de se réhabiliter et de trouver leur place dans la collectivité. Or, une prison qui enferme, surveille et infantilise peut-elle préparer à la sortie ?
    Loïk Le Floch-Prigent plonge aux racines du problème pénitentiaire français pour en délinéer les causes - des prisons surpeuplées, soumises au diktat du tout sécuritaire, fermées à tout contact extérieur - et trouver la voie de sa résolution dans les exemples étrangers et les initiatives locales déjà existantes.

    Le double regard de l'industriel et de l'ancien détenu sur l'urgente refonte du système carcéral français, analysé et commenté par plusieurs acteurs de terrain : directeurs de prison et de centres de réinsertion, éducateurs, aumôniers et magistrats.

  • L´affaire Elf est devenue une affaire d´État. Et une affaire d´État n´est jamais l´affaire d´un seul homme. Pourtant un seul homme semble, depuis le début de l´instruction, en être la victime expiatoire, l´un de ses anciens présidents, Loïk le Floch-Prigent. Muré dans un silence qu´il jugeait de bon sens depuis sa mise en examen et ses six mois de détention provisoire, espérant que la justice ferait son travail d´investigation et qu´il ne serait plus le coupable désigné d´avance d´un système mis en place sous le général de Gaulle, Loïk le Floch-Prigent s´est décidé enfin à livrer ici - aux lecteurs, à la presse et à la justice - quelques vérités négligemment oubliées dans les tiroirs de l´instruction.


    « La fête est finie », déclare l´ancien PDG. « Les masques vont tomber ». Loïk Le Floch-Prigent veut sortir aujourd´hui la tête haute de la nasse où l´instruction l'a mis depuis le début de l´affaire en 1996, concentrant sur lui un dossier à charges où les intérêts politico-financiers sont le nerf de la guerre. Loïk Le Floch-Prigent a été manipulé, il le sait. En prison et durant les six années d´instruction, il a eu le temps d´y réfléchir.



    Dans ce livre d´entretiens avec Éric Decouty, journaliste au Figaro, il dénoue les fils d´une toile de mygale tissés en réseaux puissants. L´auteur sait qu´avec ses révélations, il prend des risques et met sa vie en danger. Mais il est des vérités qu´il est décidéà ne pas emporter dans sa tombe.

empty