FeniXX réédition numérique (Petit Véhicule)

  • Les malicieux désordres nous mènent aux portes de l'étrange. Jean Le Duc est professeur. Sa vie banale, tiraillée par un divorce, rythme ses heures. M. Chalon organise des séances de spiritisme. Le contact est pris. Le Duc est happé par l'invisible, la solitude totale. Une âme guide une autre âme de l'intérieur. Vincent demande à Jean de l'aider pour faire réapparaître quelques-unes de ces toiles recouvertes par des paysages. Le maître Quouan prépare Le Duc aux signes de l'irrationnel, « aux pressions malicieuses des impondérables ». Jean Le Duc va vivre l'incroyable tête-à-tête invisible avec Vincent Van Gogh. Ce roman est une parabole spéculaire du temps et des voix perdues, au questionnement sur les événements, fussent-ils banals, cachant une intention. Josiane Bourven, après La Sensitive, continue les explorations de l'ineffable. La folie guette ses personnages. Les raisons de l'imaginaire les font vivre plus sûrement. Le style romanesque de ces malicieux désordres, ce sont les mots rêvés de l'obscur. En route vers la légèreté, nous sommes des anges.

  • Lise et Mathieu vivent une retraite récente au bord de la mer. Lise est ambitieuse, possessive mais aussi généreuse et sans préjugés. Mathieu, intolérant et casanier dissimule sa tendresse sous des airs de « macho de théâtre ». Lise rêve d'un Mathieu rangé ; Mathieu rêve d'une Lise Pénélope. Peut-on imaginer couple aussi peu assorti ? Et pourtant, ils s'aiment. Ils acceptent leur différence dans l'humour et continuent de se surprendre en protégeant leurs mystères. Jusqu'au jour où un accident mortel les propulse dans le Cosmos, face à eux-mêmes et à leur vérité... Vingt ans plus tard, Julie, jeune femme indépendante en quête d'elle-même rencontre Peter, malien d'origine qui a donné un sens à sa vie en choisissant la profession de médecin. L'un et l'autre vont étrangement emprunter les chemins de vie de Lise et de Mathieu. Ce roman de Michèle Arnaud tisse au fil des pages des liens subtils entre ces quatre personnages. Leurs destinées auraient-elles franchi le passage secret qui conduit à l'incroyable ?

  • Combat de deux entités : Lune veut vaincre l'autre. Les personnages de ce roman sont tributaires d'elles et d'elles seules. Ces deux entités - sacrées pour eux - ont créé en leur être une perpétuelle et angoissante souffrance. L'une exalte l'âme ; l'autre jouit de leur dépendance à vouloir la séduire... L'Encens des Errances Divines s'avère le poème du « bonheur de la désespérance ».

empty