Arts et spectacles

  • La notion de patrimoine? Elle est apparue en France récemment, au terme d'une longue histoire du domaine, des biens et de la sensibilité. Cette évolution est ici examinée à travers le fait religieux, monarchique, familial, national, administratif et scientifique. Tout cela fait de ce texte un écrit de référence pour la définition de la notion de patrimoine, tant dans le monde universitaire que professionnel.

  • Le geste dans l'Art

    Chastel A

    Le geste dans l'art, un vaste thème qui a passionné André Chastel pendant longtemps, à tel point qu'il lui a consacré deux années de séminaires au Collège de France. Pour ceux qui n'ont pas eu la chance de l'écouter, nous publions cet ouvrage. A travers des exemples précis qui vont de l'Antiquité au XXe siècle, il décrypte dans ce volume les signes visibles de cette communication non verbale. Index pointé, geste attribut ou admoniteur, signe du silence... laissez-vous guider par ce brillant spécialiste.

  • Il n'est pas une place, pas une église, pas un coin de rue qui en Italie ne cache une oeuvre d'art, d'un grand maître ou d'un obscur disciple. Qui aime à parcourir les ruelles de la péninsule a souvent l'impression de flâner dans un musée à ciel ouvert... André Chastel en fait ici une analyse fine et érudite, éclairée par l'hommage qu'il rend au père des historiens de l'art de la Renaissance italienne, Giorgio Vasari, digne précurseur qu'il s'employa à faire découvrir en France.

  • Dans les années 80, André Chastel s'attelle à l'étude du retable italien à travers une centaine de chefs-d'oeuvre, dispersés dans les musées du monde entier, souvent en plusieurs morceaux. Il dégage le rôle et l'influence du tableau d'autel durant les trois siècles les plus éclatants de la peinture italienne.


  • Giorgione ? L'un des plus singuliers et les plus passionnants mystères de l'histoire de la peinture. Avec un corpus presque impossible à reconstituer et une carrière étonnamment brève, il demeure la figure mythique de l'histoire des arts à Venise. Pour aborder l'art de Giorgione, Chastel nous invite à concevoir la dolce vita vénitienne au début du xvie siècle. Peintre de prédilection et animateur d'une « jeunesse dorée un peu folle », c'est souvent à lui que sont destinées les commandes de tableaux privés auxquels il sait insuffler cette dimension poétique et cette facture inédite qui feront sa renommée. Il suscitera l'admiration de ses contemporains, Dürer le premier, et ses fresques inspireront des pages enflammées à Vasari. Mais sa fortune critique ira bien au-delà, jusqu'aux écrits célèbres de John Ruskin et de Marcel Proust...

  • Leonard

    André Chastel

    Léonard de Vinci est sans doute l'artiste de la Renaissance qui a le plus fasciné, parce qu'il a mis autant de génie dans sa vie que dans son oeuvre. Inclassable, l'esprit toujours en alerte, il invente des jeux et des machines de guerre, étudie l'anatomie ou l'astronomie, écrit des poèmes et des traités scientifiques. Mais jamais, nous dit Chastel, ses multiples activités ne l'ont détourné de ce qui était pour lui essentiel: la peinture, le seul art « doté d'une présence immédiate, totale, définitive. » Un portrait de l'artiste à travers un recueil de trois textes.

empty