Michel de Maule

  • Les Élégies de Duino et les Sonnets à Orphée constituent une des oeuvres poétiques essentielles de notre temps. En elle est éprouvée la question pour l'homme de son être-au-monde. Si nous ne sommes plus capables d'habiter la terre autrement que comme objet à conquérir, où réside encore notre humanité d'homme ? Et comment nous saisir d'une telle humanité sans consentir d'abord à l'endurer comme manque, tel qu'il se manifeste dans l'énigme pour nous de la douleur, de l'amour, et de la mort ? Où enfin demeure-t-il un espace qui sauve, en tant qu'il garde en lui la mémoire du manque, sinon dans le chant du poète ? Mais qu'est-ce que chanter ?


    La présente traduction tente à son tour, dans la langue qui lui est propre, d'assumer ce chemin de pensée en lui donnant la voix poétique qui lui correspond. De cette manière, elle ne constitue pas avant tout une nouvelle version française des Élégies et des Sonnets mais, plus essentiellement, entreprend de rejoindre la méditation poétique de Rilke à partir de la forge-origine qui fut la sienne : le chant. Peut-être, du même coup, fait-elle invisiblement signe vers une autre question : qu'est-ce que traduire ?

  • Les lessiveuses

    Yamina Zoutat

    Elles trient elles lavent elles étendent elles repassent elles parfument elles plient elles rangent et quand c´est fini elles recommencent.
    Leur vie s´enroule autour des ballots de linge qu´elles charrient semaine après semaine de la maison

  • La révolution tunisienne de janvier 2011 a surpris le monde entier. Pour les Tunisiens comme pour les observateurs étrangers, le régime brutal, corrompu et par bien des aspects ubuesque du président Ben Ali paraissait indéboulonnable.



    Véhiculé par la Toile et les portables, le mouvement de révolte a été initité et mené par les jeunes. Très vite, l'ensemble de la population les a rejoints malgré la violente réaction des forces de sécurité. Ce soulèvement de tout un peuple a amorcé la grande vague des révolutions qui ont bouleversé le monde arabe, du Caire à Damas et Tripoli.



    Moncef Guellaty se souvient avec émotion et humour de la surprise, de la joie, des inquiétudes qu'il a ressenties durant ces semaines qui ont transformé la vie des Tunisiens. « Je me rêvais révolutionnaire en 1968 : à 68 ans, me voici enfin citoyen. »

  • Dans le patrimoine de l´humanité, l´une des merveilles sans doute les moins connues se trouve en Syrie. Sur cette terre qui vit naître l´alphabet et fut le lieu d´élection du Dieu unique, on appelle « villes mortes » les centaines d´églises et de couvent

  • Une étrange voix venue d´outre-tombe revient hanter d´une présence immatérielle le théâtre d´ombres d´un marché suédois. Au coeur de son monologue posthume, le narrateur, double du Premier ministre assassiné Olof Palme, s´interroge sur la haine tapie au coeur de l´être. À commencer par sa propre haine à l´égard de la bourgeoisie dont il est issu et que cristallisèrent ses talents d´orateur et son orientation politique.



    Dès lors, le marché devient peu à peu symbole du capitalisme triomphant, du règne de la dégénérescence moderne qui produit ce puissant dissolvant qu´est l´oubli, mal par excellence des sociétés contemporaines. L´oubli qui nourrit paradoxalement son contraire: la haine mémorielle.

  • Toro

    Eric Schilling

    La corrida vit d´être cruelle, sanglante, tout en étant pure beauté et dépassement de l'instant. La mort, l´amour. Le plaisir, la loi. Affronter, risquer. Jouissance secrète, punition publique. Voilà le couple infernal ! Simon Casas, SPA. Mais pourquoi apprécie-t-on ce plaisir défendu ? Le couple aficionados-anti-taurins est indissoluble, l´un fait vivre l´autre.
    Il ne s´agit pas ici d´apporter des réponses, mais de témoigner à travers des personnages, des réflexions philosophiques, des histoires plus ou moins érotiques, de la complexité de ce qui se cache derrière le mot : "aficion". À la fois, culte du "toro", amour d´un sublime tragique, approche des limites de l´humain, du risque ultime et de la mort... L´"aficion" n´est pas simple, n´est pas réductible à une formule toute faite. S´il fallait faire vite, il faudrait dire que l´archaïque et l´ancestral en sont des éléments de fond, profondément attirants.
    Docteur en philosophie, Éric Schilling est spécialiste de musique indienne. Il a publié "La Musique de Shiva" (éd. Michel de Maule, 2010), il est l´arrière- arrière petit-fils du « toréador » arlésien Antoine Granat (quadrille provençal Bayard), il a été critique taurin dans la revue "L´Écho du Callejon" et enseigne la philosophie à Paris.

  • Quelques petites phrases scandées à l´infini par un pays tout entier peuvent devenir « une bombe atomique morale d´une puissance incomparable », disait Mao. de fait, certaines d´entre elles ont, pendant dix ans, galvanisé des dizaines de millions de chinois, les isolant du reste du monde et motivant d´innombrables et sanglants règlements de comptes. ces mêmes petites phrases qui faisaient se pâmer, à Paris et ailleurs en Occident, nombre d´intellectuels...



    Édouard dor a été l´un des rares journalistes à pénétrer au coeur de la Grande Révolution culturelle prolétarienne, en 1973, lors du sinistre épisode de la « Bande des quatre ». il se souvient de certaines scènes auxquelles il a alors assisté - autant d´instantanés témoignant du terrible pouvoir du Petit livre rouge dans l´une des périodes les plus noires du xxe siècle.






  • Table des matières
    PREMIÈRE PARTIE
    DEUXIÈME PARTIE
    TROISIÈME PARTIE
    QUATRIÈME PARTIE
    CINQUIÈME PARTIE
    SIXIÈME PARTIE
    SEPTIÈME PARTIE
    HUITIÈME PARTIE
    NEUVIÈME PARTIE
    Glossaire

  • La peinture résulte du jeu entre beauté et vérité, séduction et intuition que les peintres, recréateurs de la réalité, imaginent et nous proposent à travers leur oeuvre, chacun à sa manière. À son tour, ce jeu conduit à ce point unique et fédérateur qu´on appelle la grâce. C´est elle qui lie le génie au sublime. C´est elle qui transcende le spectateur, lui donne émotion et plaisir.
    Avec ces 52 portraits, de Giotto à Bacon, Dominique Vergnon nous fait entrer dans l´intimité de ces peintres et donne à voir comment ils disent la grâce, la saisissent, l´éternisent et, en s´adressant à notre sensibilité, comment ils nous permettent son appropriation.
    Les choix de l´auteur nous invitent à parcourir un itinéraire ouvert par son amitié pour chacun d´eux. Son texte, nourri à la source de leur existence, montre combien ces artistes, chacun dans un moment de l´histoire, demeurent des « maîtres de toujours ».

  • La Recherche du temps perdu est constellée de références à la peinture : elle fournit couleurs, matières et décors à la fresque proustienne. Chez Proust, c´est l´imaginaire qui crée le réel : les références picturales nourrissent la trame romanesque. Chaque peintre ou sculpteur soutient la description d´un personnage, d´une idée ou d´une image.
    L´empreinte italienne est, de ce point de vue, capitale. La Recherche s´anime des lignes invisibles de ses maîtres?: le luxe et les fastes d´une soirée mondaine chez les Guermantes puisent dans les opulences vénitiennes des toiles de Carpaccio et de Véronèse, l´attitude sensuelle et languissante d´Odette de Crécy se profile dans les frêles femmes de Botticelli, tout comme le réalisme de Giotto bâtit la figure de la fidèle Françoise.
    Avec 70 reproductions en couleurs, tous ces artistes sont ici réunis en suivant les empreintes d´un voyage imaginaire qui relie Paris à Venise, Padoue, Florence et Rome.
    Romaine, Eleonora Marangoni est devenue Parisienne par amour de Proust. Après une formation littéraire poussée, elle s´est tournée vers les publications d´art. Aujourd´hui, elle est directrice artistique dans plusieurs maisons d´édition.

  • Lucas est psychanalyste. Maelle fut sa patiente. Ils ont connu une courte liaison, suivie d´une longue amitié. Dans le monde de l´inconscient, les pulsions comme les sentiments s´agitent dans l´ombre, souvent en vain. Souffrance, humour également.
    Nathan, le frère jumeau et gay de Lucas, apporte une légèreté salutaire au centre du conflit, mais lui aussi a ses problèmes, qui n´iront pas sur un divan mais aux urgences.
    Au-dessus de ce microcosme parisien, bien ancré rive gauche rive droite, plane la pensée conductrice du maître jungien, le docteur Émile Blachère, le mentor de Lucas. En ce début de ­siècle, Philippe de Miomandre, passionné par la psychologie des profondeurs, s´amuse et nous amuse avec les « choses » les plus graves : LA FOLIE DES HOMMES.
    Poète, lauréat de l´Académie française, Philippe de Miomandre a écrit une biographie de Cocteau (Moi, Jean Cocteau, éditions Akr, prix des Parisiens de Paris, 2003). Chacun parle de l´autre est son cinquième roman après Séparations (éditions Akr, 2003), Impasse du rêve (éditions Akr, 2004), Autopsie d´une passion et Chronique du bonheur (Michel de Maule, 2009 et 2011).

  • Gna (le)

    Michel De Maule Edit

    Le Gna, Mo et Melle, leurs parents s'amusent avec les églises où l'on parque les exclus, les malades et où les bébés se grattent au rythme de la comptine des virus. Ils s'amusent avec l'Ordre du Grand Suicide de la race humaine et quand ils ne s'amusent plus assez, les fantômes d'Hollywood viennent à leur secours... Puis ils recommencent car cette comédie-là dure depuis toujours et ne s'arrêtera jamais.

    Ici seul le repassage est important car les gestes simples sont ceux qui distraient le mieux de la mort ou du devoir vivre quand on ne peut plus s'accrocher à une souffrance bien à soi, bien différente de celle des autres. Peut-être ne voit-on vraiment ses semblables qu'à la lumière de l'Apocalypse. Pièce créée au Studio de la Comédie française.

  • Miles

    Shelley G

    Louis Amstrong a comparé Miles Davis (1926-1991) à Picasso. Évoquer sa vie, imaginer les rapports d'amitié avec son arrangeur, Gil Evans (1912-1988), c'est ce que s'attache à mettre en scène la pièce de Guy Shelley, basée sur les rapports psychologiques des deux amis, si différents et pourtant si complémentaire, jamais absents d'humour.

    Les thèmes : Bird (Charlie Parker), le Birdland, la drogue, le racisme américain de cette époque, la solitude, etc. Ensemble, ils cosigneront des arrangements mémorables : At Carnegie hall, Miles ahead, Porgy and Bess, Quiet nigths Sketches of Spain...

  • La découverte de l´Afrique fut, dans les années 1960, une révélation pour les chasseurs français. Ignorant tout du continent Noir, ils furent projetés dans un univers envoûtant. Chaleur, poussière, splendeurs des aubes et des crépuscules, gibier à foison, rythme sourd du pilon au fond des calebasses, découverte des villages de paille et d´une population chaleureuse. Un choc. Beaucoup d´auteurs - Selous, Foa, Pondoro, Pretorius, Jean d´Orgeix, pour en citer quelques-uns - se sont intéressés à la grande chasse, celle des lions, des buffles ou des éléphants. Mais aucun auteur ne s´était attaché à la «?petite?» chasse, celle du gibier à plumes.
    Ce livre est à la fois un récit d´aventures et un guide pour tous ceux qui aiment exercer leur passion sur un continent mythique.
    Longtemps responsable de la rubrique chasse du Chasseur français, aujourd´hui rédacteur en chef de Voyages de Chasse, Éric Joly a publié notamment : Grandes chasses (Olivier Orban, 1991), Mes plus belles histoires de chasse (Grasset, 1995), Au fil de l´eau (Albin Michel, 2000), Bécasse ! bécasse ! Trente ans de chasse en Irlande (Montbel, 2006).

  • Quaderno di Strada est une introduction à la dramaturgie musicale de Salvatore Sciarrino. Le compositeur italien a fondé depuis un quart de siècle sa musique vocale et théâtrale sur un traitement très personnel du texte et de la vocalité et c'est surtout la spécificité de ce traitement qu'explore cette analyse brillante du Quaderno di Strada.

  • « J´ai fait ce que font les hommes quand les mots leur manquent » : c´est par cette phrase simple que Willy Brandt expliqua sobrement son agenouillement le 7 décembre 1970 devant le monument aux victimes du ghetto de Varsovie anéanti par la barbarie nazie. Chancelier d´Allemagne fédérale depuis un an, Brandt met soudain les deux genoux en terre. Il demande pardon pour la faute collective de ses compatriotes. Cette faute, pourtant lui, ancien résistant antinazi, ne l´a pas commise...
    La force de ce geste improvisé est inouïe, son humilité bouleversante. envoyé spécial chargé de couvrir le voyage de Brandt à Varsovie, l´auteur sait déjà que ce moment restera pour lui inoubliable. Le chancelier devait lui réserver bien d´autres surprises...
    />

  • Bohemia

    Maroushka

    Des Manouches se sont installés autour d´Arles. Le hasard vient de leur faire transgresser un interdit... La jeune narratrice, Maïa, délaissée par son mari musicien, Yanko, croise un vieux Tsigane, un Sinto : Thomas. C´est un survivant des camps de la mort qui est obsédé par l´histoire de son peuple.
    Pourquoi les Tsiganes, après avoir été si bien accueillis par la noblesse européenne, furent-ils par la suite rejetés, haïs ?
    Pourquoi, dès leur arrivée en Europe, partent-ils faire le pèlerinage de Compostelle ? D´après lui, il y aurait une réponse dans les légendes manouches, un enseignement voilé.
    Bohemia est une histoire d´amour, une évocation de traditions oubliées sur une trame historique méconnue : le pèlerinage de Compostelle des Tsiganes.
    Danseuse de formation classique, Maroushka a travaillé auprès de Roland Petit. Désireuse de renouer avec ses origines, elle a mélangé dans ses spectacles danses tziganes et orientales et fait renaître ainsi la tradition des Ghawasies, les Tziganes d´Égypte. Elle a déjà publié : Une Enfance chez Louis-Ferdinand Céline, aux éditions Michel de Maule (2011).

  • À l´automne 2011, je présentai à la Chapelle Saint-Louis de la Salpêtrière ma première exposition de photographies. Quel a été le parcours qui m´a conduit ici ?

    Historien d´Art de formation, puis travaillant à la direction artistique de Vogue, c´est toute l´éducation de mon oeil, et toute la biographie de mon esthétisme, que j´évoque dans ce livre.

  • Autour du doyen d´un club-house au parfum tout edwardien, le narrateur de ces Courtes histoires de green dresse une saisissante galerie de personnages hauts en couleur, tous unis par une seule préoccupation et une seule passion: le golf, « le plus noble des sports». Dans les situations les plus cocasses, portées par des dialogues des plus drôles, se croisent jeunes aristocra tes, bourgeois britanniques ou milliardaires américains, flanqués de leurs inévitables majordomes anglais. De l´apprenti golfeur au champion reconnu en passant par le joueur confirmé, c´est tout l´univers du golf qui est ainsi décrit, sur fond d´amours contrariées, de tensions conjugales, de tractations financières et de vanités froissées. Car les greens, sous la plume inimitable de P. G. Wodehouse, se transforment en théâtre de toutes les passions.

    Ces neuf Courtes histoires de green, pour la première fois éditées en français, raviront à la fois les inconditionnels du grand humoriste britannique et les amateurs de golf qui, comme chacun sait, ont un sens de l´humour inné.

  • Il y a encore quelques mois, je ne savais rien ou presque de l´histoire de mes ancêtres. Il m´a fallu ouvrir ces cartons anonymes qui s´entassaient dans un grenier familial pour y découvrir, nichée dans mon ascendance, une véritable histoire du judaïsme français. Mon arbre généalogique, au départ si mystérieux, s´est transformé au gré de mes recherches en une série de destins qui donnait à voir la naissance et l´épanouissement d´une élite israélite, à qui il est progressivement devenu possible d´être à la fois tout à fait française et tout à fait juive. L´histoire de ma famille, en enjambant quatre siècles et en puisant sa trame dans les bassins historiques du judaïsme français, éclaire cette double allégeance réussie : à la nation française et au judaïsme.
    À travers l´histoire de mes ancêtres, est également apparue sous nos yeux une histoire de France, avec certains de ses épisodes les plus importants : la Révolution, les campagnes napoléoniennes, la conquête de l´Algérie, la naissance de la IIIe République, la construction de la Tour Eiffel, la guerre de 1914-1918, la Résistance et Vichy, les Trente Glorieuses.
    J´ai souhaité écrire l´histoire de cette saga familiale, du dix-huitième au vingt-et-unième siècle, pour raconter le parcours de mes ancêtres, ces Français israélites qui ont connu l´émancipation, l´assimilation et enfin l´intégration à la nation et à la société françaises.
    Adrien Cipel est né en 1985. Descendant direct de ces Français israélites et diplômé de l´ESSEC, il est conseiller auprès de dirigeants de grandes entreprises françaises.
    Samuel Ghiles-Meilhac est historien, docteur de l´École des Hautes Études en Sciences Sociales. Il enseigne à Sciences-Po Paris et a publié en 2011 Le CRIF - De la Résistance juive à la tentation du lobby, aux éditions Robert Laffont.

  • - Et en Amérique, ça leur plaît la guerre ?

    - Ils ignorent ce que c´est. Ils sont comme des enfants. Ils croient tout ce qu´on leur raconte ; ils n´ont aucune expérience des affaires internationales, comme vous, les Européens. À mon sens, notre entrée dans la guerre est une vraie tragédie.




    Paru pour la première fois à Londres, au lendemain de la guerre de 1914-1918, ce roman raconte comment l´auteur, frais émoulu de Harvard, découvre, en s´engageant comme ambulancier sur le front français, les horreurs de la Grande Guerre.

    L´initiation de Martin Howe - le double transparent de John Dos Passos - se fait à travers l´absurdité des rapports humains, mais aussi à travers la poésie furtive d´un Paris nocturne, d´une province française inhabituelle, telle que seul le regard d´un grand romancier et d´un Américain pouvait la saisir.
    Publié en 1920 et traduit en 1925, ce premier récit de l´auteur de Manhattan Transfer n´avait jamais été republié. Il est précédé de préfaces inédites de Dos Passos et de Georges-Albert Astre et illustré de dessins de l´auteur.

  • Élisa débarque en Cisjordanie avec sa foi en la paix. Très vite, elle s´aperçoit que la volonté est une arme bien faible dans un combat où l´humiliation, l´agression et la peur font loi. L´adversaire est un hydre à plusieurs visages : les nombreux check-points, l´arrogance des soldats, le Mur, autant de tentacules qui entravent la liberté des Palestiniens.

    Pourtant, au milieu de ces reclus souvent appelés « terroristes » et plus particulièrement auprès de Youssef, un jeune leader gauchiste qui la trouble, elle va découvrir des femmes et des hommes, Palestiniens et Israéliens, qui rêvent d´un autre futur où l´autre n´aurait plus la figure du mal absolu.

  • Ce beau texte, où il est question de la physique et de la métaphysique du sexe, surprendra plus d´un lecteur, car il est audacieux et d´une rare originalité.

    Audacieux, parce qu´Alexis - l´amant - est aussi impudique que pervers, poursuivant la conquête d´une femme inaccessible, Sophie, alors même qu´il entretient d´autres liaisons. Original parce que peu d´auteurs ont été aussi loin dans la recherche du plaisir et de «?l´infinitude?» humaine.

    Le récit, d´une grande virtuosité, nous promène entre Rennes, Paris, Florence et New York. L´amant y prêche «?la merveilleuse abjection, la jouissance absolue de l´obscène, la chute vertigineuse dans l´immonde?», tandis que Sophie, «?chaque matin, gémit après la chose immonde et délicieuse?», mais écrit à l´amant : «?Dieu t´aime puisque tu m´as rencontrée.?»

empty