ePoints

  • En cette année 1612, le jeune Nicolas Poussin a encore tout à apprendre. Il cherche un maître, un protecteur. C'est alors que son chemin croise celui du vieillard Frenhofer. Un génie de la peinture, capable de donner vie à une toile, qui travaille depuis dix ans à son chef-d'oeuvre, La Belle Noiseuse. Le jeune homme brûle de voir le tableau achevé, mais parviendra-t-il à ses fins ? À trop tendre vers la perfection, Frenhofer ne risque-t-il pas de tuer toute création ?

  • Un jeune homme s'apprête à devenir prêtre. Sa vie, jusqu'ici, fut un modèle pour tous. Mais en pleine messe, son regard croise celui d'une femme à la beauté sans égale. Et c'en est fini des convictions inébranlables. Lui qui consacre sa vie à Dieu est prêt à vendre son âme au Diable. Que lui importe alors les avertissements de ses congénères ? Cette femme est un suppôt de Satan, un vampire. La preuve ? Même après sa mort, elle continue de tourmenter le jeune prêtre, qui ne sait plus distinguer le songe de la réalité. Gentilhomme à Venise ou curé de campagne ? Jusqu'où le sortilège le mènera-t-il ?

  • Avoir vingt ans et décider de se suicider. Mais au nom de quel tourment ? de quelle faute ? Au crépuscule d'une vie trop brève, la narratrice se confie. Se confesse. Oui, son âme de jeune fille si pure a pu connaître la vanité des mondanités et s'y abîmer. Jusqu'à connaître un amour interdit. Dans un dernier souffle, le coeur dit sa tristesse, sa révolte, son regret, et dénonce tout à la fois le sort réservé aux jeunes filles trop sensibles et les leurres du divertissement. Un texte haletant.

  • Le Galathée V, un immense paquebot avec, à son bord, deux mille six cents passagers. Parmi eux, seulement deux célibataires. Le premier a embarqué seul, abandonné par sa bien-aimée à quelques jours du départ. Le second est un grand, riche et atypique solitaire. Leur rencontre, lors du dîner inaugural de la croisière, marque le début d'un bien étrange voyage...

  • Cendres

    Olivier Adam

    Par une nuit enneigée, un chauffeur de taxi conduit une jeune femme japonaise à l'entrée d'un pont. Sa cliente lui demande de l'attendre. Ainsi commence la rencontre de deux êtres brisés que rien ne semble lier. Et pourtant, tous deux connaissent la souffrance de dire adieu à un être cher. Ensemble, ils vont traverser la nuit comme s'ils passaient l'hiver...

  • Une voiture capricieuse et un auto-stoppeur aux poches blindées de drogues en tout genre, voilà de quoi passer le temps lorsqu'on fuit les États-Unis vers la frontière mexicaine. Mais encore faudrait-il savoir ce que l'on fuit vraiment...

    Alors qu'Elizabeth, d'Europe, ne répond presque plus à ses appels, voilà que son auto-stoppeur pète un plomb et se met à tuer des chiens ! Même perdu au beau milieu du désert, un homme ne peut se contenter d'une vie qui n'est plus qu'un mirage.

  • Un jeune homme raconte sa découverte de l'amour dans les bras d'une comtesse au tempérament d'ogresse. En une seule nuit, l'amante trompera trois hommes : son mari, son amant et finalement notre ingénu. Sensuel, acerbe et réjouissant, ce conte libertin du XVIIIe se savoure toujours avec autant de plaisir.

    « J'aimais éperdument la Comtesse de *** ; j'avais vingt ans, et j'étais ingénu ; elle me trompa ; je me fâchai ; elle me quitta. J'étais ingénu, je la regrettai. »

  • Une princesse traversant le monde pour retrouver l'homme aimé, un couple de futurs mariés changés en pierre, un père disparu qui réapparaît en tigre doué de parole, un saule magique muni de pouvoirs de vie et de mort... Henri Gougaud nous emmène à travers ces douze contes dans l'univers magique et merveilleux des légendes des quatre coins du monde. Qu'il soit passionnel, filial ou fraternel, l'amour est au coeur de toutes ces histoires.

  • À l'occasion du baptême royal tant espéré, sept fées sont invitées à faire un don à la princesse. Hélas, le roi et la reine ont oublié de prévenir la plus vieille et la plus mauvaise fée du royaume. Elle décide de se venger et lance un terrible sort : la princesse se piquera le doigt sur un fuseau et en mourra. La septième et dernière marraine réussit néanmoins à atténuer la malédiction : elle tombera dans un profond sommeil qui durera cent ans... attendant que le baiser d'un prince vienne la réveiller.

  • Ah ! le Tour de France... Le doux souvenir de ces longs et chauds après-midi d'été passés devant le petit écran à regarder passer la caravane et ses bonhommes Michelin, à guetter avec ferveur le passage de Poulidor et de ses camarades... La journée se finissant à jouer aux billes sur la place du village, sur un air de bal à l'accordéon... C'est le Tour de France de nos grands-mères, celui de notre enfance dans ce qu'elle a de plus beau et de plus émouvant que Philippe Delerm ressuscite de sa plume, lui donnant une dimension éternelle.

  • " Faire lundi bleu ", " être dans la choucroute ", " avoir un crapaud dans la gorge "... L'auteur livre aux amoureux du langage une vingtaine d'expressions propres aux régions de l'Est, pour en dévoiler leur signification et leur histoire. Le résultat : un recueil plein de poésie, amusant et surprenant. Un bel hommage à la langue des terroirs.

  • Voyager par la mer ne saurait avoir d'équivalent. Fort de cette douce certitude, l'auteur dresse un éloge incontesté de l'art de la navigation, " moyen de locomotion le plus lent, le plus exigu, le moins ponctuel et le moins confortable " mais qui, du départ à l'arrivée, se révèle une source de joies inégalées. Nuits en mer, moments de complicité avec le reste de l'équipage, silence religieux devant la beauté d'un paysage... Un récit plein de justesse et de poésie, qui comblera tous les amoureux du large, habités par le " besoin de mer ".

  • Notre langue compte deux fois plus de mots d'origine arabe que de mots d'origine gauloise ! Fort de ce constat, l'auteur publiait en 2007 un Dictionnaire des mots français d'origine arabe et retenait 400 termes, pour en retracer l'histoire à travers leur étymologie et leurs usages. Il en propose ici une sélection resserrée, avec un mot par lettre de l'alphabet - d'amalgame à zéro, un choix qui montre au lecteur la richesse et la diversité de ce métissage vieux de plusieurs siècles.

  • En mal d'inspiration pour son prochain livre, Alexandre part rendre visite à son père malade, avec en tête le secret espoir que ce dernier lui conte la suite d'une formidable histoire commencée au téléphone. Arrivé dans son petit village de la vallée, le jeune homme laisse remonter les souvenirs - jusqu'au visage oublié de la jeune Edwige. Et justement, c'est elle, la " conteuse ". Acceptera-t-elle de lui livrer la fin de la légende ? Alexandre n'est pas au bout de ses surprises.

  • Le narrateur et sa femme, Fleur, sont invités pour la Toussaint chez des amis à la campagne. Pourquoi ont-ils accepté ? Ils se le demandent encore alors qu'ils montent dans le train. Car cela a beau être l'anniversaire de Melissa, ils le pressentent, ce ne sera pas un bon week-end... D'ailleurs, c'est bien connu, leur amie porte la poisse. De peurs irraisonnées en incompréhensions mutuelles, le tableau, de fait, ne sera pas idyllique. Un récit doux-amer, mais tellement véridique !

  • Amoureux du Japon s'il en est, l'auteur revient sur certaines de ses plus belles années passées à Tokyo. Son récit, encore tout scintillant du bonheur vécu là-bas, prend le lecteur par la main pour lui faire découvrir de l'intérieur un pays alors en plein essor. Et, d'un coup, l'improbable se produit : les Japonais deviennent nos voisins, et l'on s'étonne à peine que la logeuse du narrateur, grand-mère au grand coeur, lui propose, tout simplement, de devenir son fils adoptif... Un texte plein de sensibilité, pour voyager à l'autre bout du monde.

  • " Le Désespoir de la vieille ", " L'Invitation au voyage ", " Le Joujou du pauvre ", " Les Dons des fées ", " Perte d'auréole ", " Le Désir de peindre ", " Le Crépuscule du soir "... Les poèmes en prose de Baudelaire sont souvent méconnus. Pourtant, ils ont représenté une véritable césure dans l'histoire de la poésie, par leur modernité hors du commun. Sublime et trivial se côtoient au fil des pages, sous la plume d'un artiste resté inégalé, qui peint avec un réalisme bouleversant le quotidien de son époque.

  • " Écrire un livre puis renoncer à la littérature. L'idée commença à prendre possession de lui. Il savait très bien qu'elle ne le quitterait plus. " Pierre Gould tient son idée : il va enfin se lancer en littérature, pour écrire le livre dont il a toujours rêvé, et qui ne sera suivi par aucun autre. Pour ça, il a un plan imparable. Son ouvrage sera consacré à toutes les personnes célèbres mortes poignardées ou qui ont fait l'objet d'une tentative d'assassinat au poignard. Et la dernière personne de l'anthologie... ce sera lui ! Une nouvelle désopilante sur écriture et littérature.

  • Déjà dix livres à son actif, soit près de vingt ans passés en marge du petit monde de l'édition. Et jusqu'ici, bien peu de reconnaissance. Alors quand, au retour de l'été, Pierre Malfériol apprend par son éditeur qu'il figure dans la sélection pour le Prix, c'est l'ébahissement. Une joie teintée d'incompréhension. Un espoir qui refuse de se dire. Au fil des semaines, l'agitation autour de lui se fait grandissante. Le voici un personnage. Un homme dont on veut connaître l'avis sur tout. Mais lui, qu'en pense-t-il ? Jusqu'où accepter de chambouler sa vie pour un prix ?

  • Le père de D'Artagnan et du comte de Monte Cristo a plus d'une corde à son arc... Si ses romans de cape et d'épée ont enchanté des générations entières, ses nouvelles, moins connues, sont aussi incroyablement bien ficelées. Témoin cette Histoire d'un mort racontée par lui-même, qui nous plonge avec délice dans l'univers fantastique. Imagine-t-on un médecin mourir d'amour et être réveillé au cimetière par le diable en personne ? Voici pourtant l'histoire que nous propose le narrateur, par une froide soirée de décembre... Frissons garantis.

  • La province du Gévaudan, à la tombée du jour. Une nature sauvage qui offre bien peu d'abris pour un père et sa fille contraints de s'arrêter pour la nuit. Pas d'autre solution que ce château abandonné. Mais qui est la belle " Dame au voile ", que seule la jeune Diane voit et entend ? Un fantôme, vraiment ? Ou une fée marraine, qui guidera l'enfant jusqu'à l'âge adulte, et l'aidera à atteindre son rêve ? Un conte plein de poésie, qui fait la part belle au merveilleux. Car comme le dit joliment l'auteur en introduction : " La question est de savoir s'il y a des fées, ou s'il n'y en a pas. "

  • Un vieux meunier qui lutte désespérément pour sauver les moulins d'antan. Un révérend père qui fait vivre son abbaye grâce à un mystérieux élixir. Un curé " bon comme le pain " qui cherche à convertir les âmes de sa paroisse, alors qu'un chapelain de l'ancien temps perd la sienne par pêché de gourmandise... Comment se lasser de ces quatre histoires, pleines de vie et d'humour, qui ont charmé Marcel Pagnol lui-même au point qu'il décide de les porter à l'écran ?

  • Jeune homme éperdu de plaisirs, Julien aime plus que tout la chasse. La traque, la mise à mort lui plaisent. Rien ne suscite sa pitié. Mais le jour où un cerf lui annonce qu'il tuera ses parents, il prend peur et choisit l'exil, tel un nouvel OEdipe. Pourtant, remarqué par sa bravoure au combat, il épouse bientôt la fille de l'empereur. Le début d'une nouvelle vie ? Ce serait méconnaître le poids de la fatalité. La rédemption, dès lors, peut-elle être au bout du chemin ?

  • Don Juan, le cynique, le libertin. Un séducteur diablement charmeur prêt à tout pour assouvir ses désirs et que l'on envoie bien volontiers brûler en Enfer... En musique (Mozart) comme en vers (Molière), nombreux sont ainsi les artistes qui ont condamné sa débauche. Mais si le libertin avait connu le repentir ? Une version moins traditionnelle du mythe, mais tout aussi édifiante pour l'âme humaine. Paradis, Enfer, Purgatoire, qui aura le dernier mot ?

empty