• Les Impatientes

    Djaili Amadou Amal

    • Lizzie
    • 8 Avril 2021

    Prix Orange du livre en Afrique 2019Prix Goncourt des lycéens 2020Trois femmes, trois histoires, trois destins liés. Ce roman polyphonique retrace le destin de la jeune Ramla, arrachée à son amour pour être mariée à l'époux de Safira, tandis que Hindou, sa soeur, est contrainte d'épouser son cousin. Patience ! C'est le seul et unique conseil qui leur est donné par leur entourage, puisqu'il est impensable d'aller contre la volonté d'Allah. Comme le dit le proverbe peul : " Au bout de la patience, il y a le ciel. " Mais le ciel peut devenir un enfer. Comment ces trois femmes impatientes parviendront-elles à se libérer ?
    Mariage forcé, viol conjugal, consensus et polygamie : ce roman de Djaïli Amadou Amal brise les tabous en dénonçant la condition féminine au Sahel et nous livre un roman bouleversant sur la question universelle des violences faites aux femmes.

  • Un ouvrage indispensable pour comprendre le monde d'aujourd'hui On peut s'intéresser aux religions pour de multiples raisons : quête de spiritualité, approfondissement des racines familiales, intérêt pour des cultures puissamment symboliques, mais aussi, plus prosaïquement, pour comprendre l'actualité. Encore faut-il s'y retrouver dans la masse d'informations disponible à leur égard, notamment sur internet.
    Dans cet ouvrage complet, retrouvez les grandes familles de religions, anciennes et modernes, disparues ou contemporaines. Avec elles, surgissent des pans entiers de civilisation : le monde antique et ses nombreux cultes, qui ont peuplé notre mythologie et notre imaginaire ; le judaïsme et ses trois mille ans d'histoire ; les deux autres religions révélées : le christianisme avec ses schismes et ses Églises, l'islam avec ses différents courants. Plus loin de nous, découvrez la spiritualité orientale : le bouddhisme qui domine l'Asie, mais aussi l'hindouisme en Inde, le taoïsme en Chine et le shintoïsme au Japon. Enfin, laissez-vous embarquer dans l'univers des esprits et des chamanes qui vous renverront à des croyances millénaires.
    Ce que l'on ne connaît pas peut nous faire peur : il est donc primordial de comprendre d'où vient la croyance de l'autre et selon quelles valeurs se structure son univers. Découvrez ici les trésors de spiritualité et de culture qui ont nourri les civilisations au cours de l'Histoire !
    Découvrez :

    Les grandes familles de religions
    L'histoire des religions d'hier et d'aujourd'hui
    Les grands personnages et les textes sacrés
    Les valeurs, les rites, les pratiques de chaque grande religion
    Les repères clés et les grandes ruptures de l'Histoire
    Les problématiques à l'oeuvre dans le monde contemporain... Et bien plus encore !

  • Préface de Lynda Thalie, lu par Nina Bochelert
    Samia est encore toute petite lorsqu'elle comprend qu'elle n'est pas la bienvenue dans cette riche famille musulmane où la présence d'une fille est une véritable punition d'Allah.
    Son père la domine, sa mère la rejette et ses deux frères aînés, conscients du traitement injuste dont elle est victime, ne peuvent rien pour elle. Elle est seule au monde, et lorsqu'on daigne s'adresser à elle, ce n'est jamais pour la porter aux nues.
    Elle n'a que seize ans lorsqu'on la marie malgré elle à un employé de son père. Un régime de terreur s'installe alors dans sa nouvelle demeure. Elle se tourne vers son père et sa mère pour obtenir de l'aide, mais elle reçoit toujours la même réponse: elle est une femme, et une femme doit respect et obéissance à son mari en n'importe quelle circonstance.
    Battue et violée à répétition, Samia ne peut s'appuyer que sur elle-même pour se sortir de ce cauchemar qui n'en finit plus. Les années passent et la situation ne fait que se détériorer. De surcroît, l'Algérie a basculé dans l'intégrisme religieux; l'usage du chantage et de la peur est devenu quotidien.
    Samia, maintenant mère de plusieurs enfants, n'a désormais qu'une seule idée en tête: fuir vers la liberté; fuir pour respecter sa promesse faite à ses petits qu'un jour la lumière et la paix seront au menu tous les jours de leur vie.
    Mais sa route est jonchée de milliers d'obstacles et de dangers mortels...

  • L'auteur, Camerounais, est un réaliste délirant, convaincu que l'imaginaire est affaire d'illusion.

  • La femme de destin

    Jo Frehel

    • Bookelis
    • 11 Octobre 2018

    « La femme de destin » raconte le parcours d'un jeune homme timide et secret, en quête de reconnaissance. Dans les années soixante-dix, Marc est un petit employé aux écritures, un sans-grade, un de ces personnages gris et ternes qu'on ne remarque pas. Mais ce n'est qu'apparence, il attend, c'est un rêveur, un imaginatif, et il croit en la providence.
    Celle-ci se présente en la personne de Margie, une jolie métisse, femme brillante et volontaire, qui, contre toute attente, tombe amoureuse de lui. Alors, il se met en tête d'exister, il veut sa part de paradis, de soleil, de mer turquoise ! Il veut se balader sur des plages infinies avec cette belle fille à son bras. Pour la garder, il se fait voleur.
    L'aventure l'entraîne dans une Afrique troublée, il y rencontre des personnages équivoques, parfois chaleureux, souvent inquiétants : femmes fatales, féticheurs, chefs de guerres, et une femme puissante qui a le pouvoir de le révéler.
    Marc, alias Lionel, affronte ses peurs et combat son passé, parviendra-t-il à se trouver ?

  • A3 se propose de réunir des textes critiques consacrés aux écrivains de l'Afrique, de l'Amérique noire et des Antilles. Les ouvrages qui paraîtront au rythme de 4 volumes par an seront des études originales traitant d'un auteur, d'une oeuvre ou d'une question. La perspective retenue est avant tout celle de l'essai : A3 présentera des informations et, à cet égard, un soin particulier sera donné à la partie documentaire de chaque volume (bibliographie, documents, repères chronologiques, etc.). Mais A3 entend aussi poser des questions, ouvrir des pistes, interpeller. S'adressant à tous ceux qui, lecteurs, chercheurs ou curieux, désirent en savoir plus sur ce qui se passe et s'écrit dans le champ littéraire africain, américain et antillais, A3 constituera un espace où pourront s'entrecroiser et se confronter des approches critiques, diverses par leurs orientations méthodologiques, mais toujours conçues dans un souci de faire accéder le lecteur à une problématique précise et susceptible de renouveler les points de vue prévalant jusqu'alors.

  • Pensée à l'intention des étudiants, des maîtres et tous les amateurs de la littérature négro-africaine, la collection COMPRENDRE ouvre à la compréhension fructueuse soit d'un auteur, soit d'un genre, soit d'un courant littéraire.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Malraux voulait se pencher sur la civilisation occidentale pour l'étudier comme l'entomologiste étudie la fourmilière. Les Nouveaux Philosophes entendent eux aussi apprécier, comme de l'extérieur, la culture occidentale ; mais celle-ci ne peut devenir objet : ce qui la caractérise, c'est précisément une certaine manière de constituer l'objectivité. On est enfermé dans le cercle vicieux : les catégories qui comprennent sont celles-là mêmes qui doivent être comprises, les facultés qui apprécient celles-là mêmes qui doivent être appréciées. Le cercle ne peut être rompu qu'en opposant à la culture-sujet une autre culture-sujet. L'extériorité est alors créée par une confrontation où chacune des cultures considérées refuse de se laisser réduire aux catégories de l'autre et, posant son identité, saisit ses propres différences. Telle est la démarche de ce livre qui tourne le dos à celle de l'ethnologue classique, elle permet de jeter un regard neuf sur tout le développement de la philosophie et de la science.

  • Isolés entre deux déserts, le Sahara et l'Océan, les Imragen se partagent quatre cents kilomètres de côte mauritanienne. Cette population ne survit que grâce à une pêche saisonnière au mulet jaune, de tradition ancestrale, et que certains ont voulu moderniser. A tort Leur méthode reste encore de nos jours la mieux adaptée à leur environnement. Elle doit son importance à la présence de dauphins empêchant les poissons de prendre le large. Etrange symbiose entre l'homme et l'animal : le pêcheur utilise le cétacé comme rabatteur, le dauphin se sert de l'homme comme désagrégateur du banc. Mais cette pêche, parfois miraculeuse, est aussi la raison de leur perte. Des familles maraboutiques viennent du désert récolter le produit de leurs esclaves en échange d'éventuels gris-gris. Le pouvoir de la religion... La fameuse poutargue, extraite des rogues de mulet, se vend à prix d'or dans certaines boutiques parisiennes et attire les convoitises des lettrés car le mal dont souffrent les Imragen, c'est de ne savoir ni lire ni écrire, et a fortiori de ne pouvoir monter une société. Le pouvoir de la connaissance... Mieux que le savoir, les Imragen ont acquis l'art de vivre simplement en harmonie avec la nature. La pauvreté matérielle ne doit pas nous faire oublier cette richesse dont nous sommes cruellement amputés.

  • La Malaisie, située au coeur de l'Asie du Sud-Est, bien souvent ignorée des grands circuits touristiques, est une des nations les plus riches de l'Extrême-Orient, puisqu'elle est devenue le premier producteur du monde pour le caoutchouc, l'étain et l'huile de palme. Elle est véritablement le pouls de l'Asie : 45 % de Malais, 35 % de Chinois, 10 % d'Indiens et 10 % d'aborigènes de Bornéo y vivent, se côtoient, se jalousent parfois mais forment en définitive le peuple de la nouvelle Malaisie, la Malaysia. Plages sans fin, îles paradisiaques, jungle, grandes cités - dont Kuala Lumpur, la capitale - petits villages de la côte est où fleurissent les traditions constituent un pays où il fait bon vivre. Ce sont ces êtres, ces paysages, ces croyances, ces façons de vivre diverses et bigarrées que cet ouvrage parfaitement documenté révèle dans toute leur ampleur.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Au temps du sultanat, dans un bourg d'Anatolie, le jeune Ahmet Gedikoglou décide de partir à la recherche d'une rose « couleur de mer », c'est-à-dire d'une rose bleue, qu'avant de mourir son vieux Maître, Nedim Suleyman, avait vantée dans un de ses poèmes. Mais cette rose ne fleurit qu'à Büyükada, la plus grande île de l'archipel des Princes en mer de Marmara, à l'entrée du Bosphore, une île plantée de pins et de rosiers. D'Istanbul, Ahmet fait la traversée à bord d'un bac dont le patron, un colosse nommé Meydani, est grand bâfreur, franc buveur, joyeux trousseur de filles et fougueux pourfendeur de janissaires. Dès l'appareillage, ce couple que forment Ahmet le rêveur et cette superbe brute de Meydani s'engage dans une navigation tourmentée et une suite d'aventures violentes qui donnent au jeune Ahmet l'occasion de connaître la peur, la mort et aussi l'amour, celui de la délicieuse Leyla. Mais, au terme de toutes ces péripéties, a-t-il vraiment trouvé la fleur de ses rêves ? Tout autre que Clément Lépidis aurait sans doute tiré de cette Quête du Graal à la mode orientale un sage récit dans la tradition des vieux contes. Mais l'auteur de « La Fontaine de Skopelos » et de « La Main rouge » sait intimement allier la fantaisie et le pathétique et donner ainsi, à sa narration, un rythme, une force et une truculence qui subjuguent le lecteur. Ce roman, en 1964, a obtenu le Prix des Deux-Magots.

  • Au coeur le plus sauvage de l'Arménie, un groupe d'hommes parcourt les vallées, les plaines, les villages détruits par les Turcs et fait le bilan du désastre. Nous sommes à la veille de la Révolution russe, au moment le plus crucial de l'histoire arménienne : ce peuple presque entièrement massacré par les Turcs, pourra-t-il retrouver une terre et une histoire ? Parmi ces hommes, un jeune Arménien, Vahram, recherche avec angoisse les traces de Madame Grande, sa grand-mère, dont sa famille est sans nouvelles : est-elle en vie ? A-t-elle été elle aussi massacrée par les Turcs ? Au cours de sa quête obstinée, en ces lieux marqués par le tonnerre et par la foudre de la récente Apocalypse, il découvrira beaucoup de choses merveilleuses et stupéfiantes qui l'aideront à continuer la mission qui le hante : libérer à jamais ces terres meurtries qui sont les siennes. Témoignage bouleversant sur le drame d'un pays et d'un peuple, l'Apocalypse écarlate est aussi, comme les deux livres précédents qu'elle continue, le Vert soleil de la vie et le Chevalier à l'émeraude, le roman des mystères, des féeries, des épopées secrètes de l'Arménie. Elle raconte la légende de l'histoire et l'histoire d'une légende qui, par elle, continue de vivre.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Enlevée par des pirates, Myra, une jeune Grecque, est vendue au neveu du sultan d'Égypte. Au Caire, installée dans un harem, domaine de l'épouse, Sett Khadiga, Myra se familiarise avec la vie du palais. Sa toute jeune propriétaire, la princesse Leyla, la protège et, très vite, les deux petites filles se lient d'amitié. Ensemble, elles apprennent à lire et à écrire et suivent, dans l'ombre des moucharabiehs, les événements qui agitent la société égyptienne. Fêtes, joutes poétiques, danses, divertissements musicaux, visites du maître à ses favorites, bavardages et intrigues rythment leur vie patiente et raffinée. Cependant, le sultan des Ottomans, Sélim le Cruel, et le shah de Perse menacent l'Égypte. Marwan, frère de la sultane, part combattre et Myra, devenue une belle adolescente, découvre avec effroi qu'elle s'est mise à l'aimer. Esclave, elle peut espérer ses faveurs, mais il est musulman et elle est restée fidèle à sa foi chrétienne. Les événements se précipitent : Sélim le Cruel entre dans la ville. Le maître est pendu, massacres, viols et pillages se succèdent. Affranchie malgré elle, Myra est chassée... La cour des sultans mamelouks au XVIe siècle, les rites et les cruautés du harem, délicatement reconstitués jusque dans les détails quotidiens, font le tableau d'un Orient déroutant et fascinant. Quand y être esclave ou y être femme ouvrait à des destins souvent douloureux, mais parfois éblouissants.

  • Mihr un-Nisâ est une jeune Persane qui, venue à la cour des Grands Moghols de l'Inde, se trouve mariée à un noble persan venu lui aussi se mettre au service du grand Akbar. Amoureuse du fils de ce dernier, le prince Salîm, elle demeure cependant fidèle à son époux jusqu'à ce que celui-ci ; pris dans le filet des intrigues de la cour, succombe au cours d'un combat homérique. Salîm, devenu à la mort de son père, en 1605, l'empereur Johângîr, la remarque alors et décide d'en faire son épouse. À partir de ce moment, Mihr un-Nisâ, qui a désormais le titre de Nûr Jahân, "Lumière du monde", va se trouver plongée dans le labyrinthe des complots et de la politique. Elle se substituera progressivement à son impérial époux dans la direction des affaires de l'État, Jahângir sombrant dans l'alcool et la drogue. En butte à l'opposition des nobles de la cour, elle tentera par tous les moyens d'affirmer son pouvoir au nom de son époux et, finalement, prendra elle-même les armes pour tenter de délivrer celui-ci retenu en otage. Elle échouera mais provoquera l'admiration de ses ennemis. Vertueuse et belle, savante et hardie, cette femme au destin exceptionnel est le type même de l'héroïne de cette époque romantique et furieuse, emplie du parfum des fleurs et du sang des meurtres, des accents poétiques et du fracas des batailles qui animent alors les peuples de l'Inde, depuis les neiges de Kâbul jusqu'aux paysages torrides du Bengale.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • De tout temps, l'homme a scruté le ciel, effrayé par le mystère de l'univers, affolé par l'attente de sa propre mort, anxieux devant l'imminence de la destruction du monde. Aujourd'hui, plus que jamais, le mot est sur toutes les lèvres : apocalypse. Et, pour la première fois de son histoire, l'homme a forgé de ses propres mains l'instrument de la fin : le nucléaire incarne pour l'esprit moderne les antiques prophéties du Jugement Dernier et de la Fin du Monde. Quant aux utopies et aux messianismes contemporains, ils n'ont cessé d'oeuvrer, par le fer et par le feu, à l'établissement, ici et maintenant, de la Cité de Justice si souvent évoquée dans l'Ancien et le Nouveau Testament comme dans le Coran. L'auteur a entrepris de remonter à la source des vieilles frayeurs et des anciennes espérances des grandes religions monothéistes issues de la Bible, mais il a aussi recueilli le message de Zoroastre, de Babylone, des philosophes grecs, du bouddhisme indien ; rassemblé les mythes vénérables et les traditions orales des tribus indiennes des Amériques, des peuples d'Asie ; rapporté les sagas nordiques, etc. Toutes ces visions, sur des modes différents, annoncent une même et éternelle attente : la fin de ce monde d'injustice et la naissance d'une nouvelle humanité enfin pacifiée. Cet ouvrage est le livre des analogies, des rencontres et des croisements entre grandes traditions mythiques et religieuses de l'Apocalypse, celles-là mêmes qui ont nourri l'imaginaire et la foi de nos plus lointains ancêtres, comme elles alimentent encore ceux des générations contemporaines à l'approche de l'an deux mil., avec au coeur, peut-être, les mêmes frémissements qui, au Moyen Âge, accompagnèrent l'aube de l'an mil. Le Dernier jour est un livre qui fera référence et qui constitue une « première » en France. Mais, au-delà de son abondante matière, voire de son érudition, cet ouvrage devrait piquer la curiosité du lecteur et provoquer son étonnement devant la fraîcheur - et la jeunesse - de ces textes qui sont la mémoire de toute l'humanité.

  • There is nothing peaceful about Samia Shariff's account. Life has not been easy for this Algerian woman, who was born in France. The third child in a Muslim family whose father is a prosperous and respected businessman, Samia was not welcome in a clan where the birth of a daughter was considered a punishment from Allah!

    A powerful, at times almost unbearable narrative, Veil of Fear draws us into a world of men who justify most of their actions towards women by means of an abusive interpretation of the Koran and its teaching. Thus, from the time of her birth, Samia lives in fear. In fear of her mother, of her father, of the husband she was forced to marry at the age of 16, of the fundamentalists who constantly threaten her, of the obstetricians who want to put her to sleep, of what might happen to her children, of fleeing towards the unknown, of choosing freedom over assured wealth and, above all, of making her daughters live through the same torments she has experienced. Humiliated, beaten, raped, harassed, she had the intelligence and courage to break out of the infernal circle in which a woman depends on the totalitarian power of a man, from generation to generation. Thus, in November 2001, using false passports for herself and her five children, she crossed the Atlantic Ocean and took refuge in Canada, where she was finally able to start a real life as a mother and woman.

    In a style that is both simple and effective, Samia recounts her life, her trials and, above all, her victories. For several decades she was the instrument of a completely incredible belief system that granted her no rights whatsoever, not even the right to love or even live in peace. In this respect, she is now the spokeswoman for millions of other women who have stories that are similar and possibly even worse, to tell us. In her own words, Samia says, "I lost everything I had in order to obtain what I never had: peace and love."

  • Surtout, ne rien laisser au hasard. Le hasard détourne parfois les meilleures intentions vers des situations plus pénibles qu'avant l'action. Fatima est intelligente, et sa ruse, malgré le sacrifice qu'elle fait d'elle-même, est fort bien combinée. Classique, certes, mais réussissant presque à coup sûr. Fatima a suivi le cours de la pensée de Sandrécourt : - Ne crains rien pour moi. Ils seront saouls et drogués avant qu'ils m'aient même touchée... Elle a un petit rire, comme si elle savourait d'avance sa vengeance sur les humiliations subies à l'El Dor : - Fatima, tu es merveilleuse. Je devinais que je pouvais compter sur toi. Tu seras payée au centuple en échappant à Ben Fabbri et Mériane, et en retrouvant ton père... Elle lève vers lui un visage illuminé par la joie : - On pourrait aller dans la lune et les étoiles avec un hélicoptère ? Sandrécourt sourit à cette question naïve : - Les hommes de science sont peut-être prêts à trouver le moyen d'aller dans la lune. Mais les étoiles ? ! - C'est là-haut que je voudrais vivre. Là-haut, tout est beau. Le soleil brille même la nuit...

empty