• Lisa et Arthur n'ont rendez-vous qu'une fois par an.
    Il passe sa vie à la chercher...
    ... elle passe la sienne à l'attendre.
    Lisa rêve de devenir comédienne. Pour payer ses études d'art dramatique, elle
    travaille dans un bar de Manhattan. Un soir, elle fait la connaissance d'Arthur
    Costello, un jeune médecin urgentiste. Leur complicité est immédiate.
    Pour le séduire, Lisa est prête à tout. Dans une ville-labyrinthe qui n'offre aucun
    répit, elle prend tous les risques. Mais Arthur n'est pas un homme comme les
    autres. Bientôt, il révèle à Lisa la terrible vérité qui lui interdit de l'aimer :
    « Ce qui m'arrive est inimaginable, et pourtant bien réel... »
    Dans un New York plus imprévisible que jamais, Arthur et Lisa vont lier leur destin
    pour déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps.
    Un thriller psychologique vertigineux
    au final stupéfiant.
    Le nouveau suspense de Guillaume Musso, s'inscrit dans la droite ligne de Demain et Central Park.
    © XO Éditions, 2015
    © et (P) Audiolib, 2015
    Durée : 6 h 57 min

  • Demain

    Guillaume Musso

    Elle est son passé...
    ... il est son avenir.
    Emma vit à New York. À 32 ans, elle continue de chercher l'homme de sa vie. Matthew habite à Boston. Il a perdu sa femme dans un terrible accident et élève seul sa fille de quatre ans.
    Ils font connaissance grâce à Internet et bientôt, leurs échanges de mails les laissent penser qu'ils ont enfin droit au bonheur. Désireux de se rencontrer, ils se donnent rendez-vous dans un petit restaurant italien de Manhattan.
    Le même jour à la même heure, ils poussent chacun à leur tour la porte du restaurant. Ils sont conduits à la même table et pourtant... ils ne se croiseront jamais.
    Jeu de mensonges ? Fantasme de l'un ? Manipulation de l'autre ? Victimes d'une réalité qui les dépasse, Matthew et Emma vont rapidement se rendre compte qu'il ne s'agit pas d'un simple rendez-vous manqué...
    Une aventure aussi mystérieuse que bouleversante.
    Une intrigue virtuose aux frontières du réel.
    Un suspense diabolique, intense et captivant.
    Une voix qui sait faire siens le mystère et l'émotion de cette captivante histoire d'amour.
    © XO Éditions, 2013 - © et (P) Audiolib 2013 - Conception graphique : © R. Pépin 2013 - © Photos de couverture : Paul Thomas Gooney et Hayden Verry/Arcangel Images
    Durée : 9 h 30

  • Quand passé et présent se rencontrent...
    Sybil et Blake Gregory mènent une vie agréable et bien remplie à Manhattan. Épris l'un de l'autre comme au premier jour, épanouis dans leur travail, ils sont les heureux parents de trois enfants. Un bonheur sans nuages, jusqu'au jour où Blake, incapable de résister à une alléchante offre professionnelle à San Francisco, y achète sur un coup de tête une splendide demeure victorienne.
    Dès les premières heures de leur installation, les déconvenues s'enchaînent : accueillis par un tremblement de terre, Sybil et les siens découvrent en effet qu'ils vont devoir partager les lieux avec les anciens propriétaires, les Butterfield, qui y ont vécu... un siècle plus tôt ! Mais, contre toute attente, la cohabitation forcée avec cette encombrante famille de fantômes - huit en tout - va s'avérer pleine de surprises, et marquer le début d'une solide amitié. Car quoi de mieux pour affronter l'avenir que des amis venus du passé ?

  • Ordo

    Anthony Combrexelle

    Le pouvoir est dans le sang. New York, de nos jours.
    Dans l'ombre, les cinq familles de l'Ordo Magicae utilisent l'Obscur, une magie issue d'un monde démoniaque, pour étendre leur influence et diriger leurs affaires en ville.
    Elles sont liées par le sang d'un même ancêtre, Ambrose Donosius, 356 ans et toujours vivant... jusqu'à aujourd'hui : le patriarche de cette " mafia de la magie noire " est tué lors d'un attentat surnaturel en plein Manhattan.
    Cinq jeunes gens, fils et filles des dirigeants des cinq familles, sans perspective d'avenir face à des parents immortels, voient dans l'événement l'occasion de planifier un casse. Le cambriolage magique du siècle. Ils ont moins d'une semaine avant l'inhumation pour se préparer à infiltrer la Loge, le sanctuaire privé d'Ambrose. Leur objectif : voler la couronne d'un roi légendaire leur permettant de réaliser leurs voeux les plus secrets. De quoi devenir rois à la place des rois et, enfin, régner sur l'Ordo.
    Par l'auteur de
    Presque minuit et
    Au Crépuscule.

  • Partez à la rencontre de Mazie Phillips, inoubliable héroïne à la gouaille mordante du New York des années folles.
    Personnage haut en couleur, Mazie Phillips tient la billetterie du Venice, cinéma new-yorkais du Bowery, quartier populaire du sud de Manhattan où l'on croise diseuse de bonne aventure, mafieux, ouvriers, etc. Le jazz vit son âge d'or, les idylles et la consommation d'alcool - malgré la Prohibition - vont bon train. Mazie aime la vie, et ne se fait jamais prier pour quitter sa " cage " et faire la fête, notamment avec son amant " le capitaine ".
    Avec l'arrivée de la Grande Dépression, les sans-abri affluent dans le quartier et la vie de Mazie bascule. Elle aide sans relâche les plus démunis et décide d'ouvrir les portes du Venice à ceux qui ont tout perdu. Surnommée " la reine du Bowery ", elle devient alors une personnalité incontournable de New York.
    Dans ce roman polyphonique, Jami Attenberg nous fait découvrir Mazie - dont on entend la gouaille à travers les lignes de son journal intime -, mais aussi Soeur Ti, son unique amie, sa soeur Jeanie, l'agent Mack Walters, porté sur la bibine et qui aime flirter avec elle... Le lecteur découvre, fasciné, une personnalité hors du commun et tout un monde bigarré et terriblement attachant.

  • Ferdinand est noir et exilé. Il oscille entre Paris et New York. À Manhattan, il loge chez Jenny. Par la suite, il rencontre la belle Fran dans un bar de Greenwich Village. Ferdinand est découragé, Fran est désespérée. Pendant trois jours, ils vont marcher, courir, parier, déambuler, flâner, s'aimer aux quatre coins de New York. Au rythme de l'écriture et de la musique de Jean-Claude Charles, entre le swing et le blues, entre les larmes et le fou rire, le coeur de Ferdinand balance entre Jenny et Fran.

  • Chokolov City est un roman composé de six histoires qui retracent le destin d'une communauté imaginaire de Bulgares à New York, des années 1900 aux années 1960. Ces Bulgares doivent très peu aux Bulgares réels, pas plus que le cadre ne prétend restituer le véritable New York. Parce que Chokolov City se réclame d'une autre authenticité, celle du fantasme désuet de la grande ville américaine moderne, tel que la comédie classique hollywoodienne l'a façonné. Dans ce New York de studio, produit par la MGM, dirigé par George Cukor, vit et meurt un peuple poli, élégant et raffiné, sans doute trop parfait pour jamais exister.

    Jonathan Baranger est né le 3 avril 1980, à Orléans, où il a grandi et où il demeure. Il enseigne le français en collège, à Tigy, dans le Loiret.
    Il écrit de la fiction depuis dix ans.
    Chokolov City est son premier texte publié.

  • Jeremy Best a deux vies: avocat le jour, poète la nuit. Trentenaire et célibataire, il mènee une existence confortable à New-York, tout en se méprisant un peu. Mais deux choses inattendues vont bouleverser sa vie. L'une est blonde, des lunettes en écaille, une dent un peu de travers et un charme irrésistible. L'autre est une grosseur inquiétante au niveau de l'aine. Les deux vont bientôt occuper son esprit, l'assiéger, requérir toute son attention, sans répit... Entre Brooklyn et Long Island, une «Love Story» magnifiée par le regard drôle, tendre et lucide que Seth Greenland porte sur les mauvais choix, les regrets et le temps à ne pas perdre... «Brillant, drôle, sarcastique, les lecteurs de ses précédents romans savaient que Seth Greenland l'était. A la lecture de Et les regrets aussi, qui se pare, sans rien perdre de ces vertus initiales, d'une troublante, nouvelle et très maîtrisée gravité, ils vont découvrir un auteur à la palette plus large qu'imaginé.» Livres-Hebdo «Une réussite.» Biba

  • Résumé
    Il s'en passe des choses au nord de Manhattan, en ces années d'après-guerre. Le blues a envahi les têtes et les corps, les hommes et les femmes ont soif de liberté et de mauvais gin. Raymond Taylor, un écrivain à l'ambition débordante, habite avec ses amis artistes dans un immeuble de Harlem qu'ils ont baptisé le manoir Niggeratti. Mais que faut-il pour écrire un chef-d'oeuvre ?

    OEuvre à la fois puissante et effarouchée, pleine de bruit et de fureur, débordante d'un mélange d'enthousiasme et de cynisme, qui ravage tout sur son passage, Les enfants du printemps se lisait et se lit encore aujourd'hui comme on prend une douche froide : pour dégriser.

    Extrait
    - N'importe quoi.
    - C'est pas n'importe quoi. Il y a pas déjà assez de monde pour vomir ces petites merdes insignifiantes à ton goût ? Est-ce que tous les chanteurs noirs doivent consacrer leur vie à roucouler des mélodies d'esclave ?
    - Mais elles sont magnifiques, ces mélodies, lança Raymond.
    - Magnifiques ? la voix d'Eustace était pleine de mépris.

    Mot du traducteur Daniel Grenier
    Les enfants du printemps est un réquisitoire en bonne et due forme d'un moment historique et social particulier, où Harlem et les artistes afro-américains ont été à la mode autant chez les intellectuels iconoclastes que chez les bien-pensants. Rien ni personne n'y est épargné, alors que Thurman tire à boulets rouges sur ses compatriotes écrivains, sur les radicaux blancs profiteurs, sur l'intelligentsia noire, sur les classes moyennes, sur les lèche-botte et les lèche-cul.

    L'auteur
    L'auteur Wallace Henry Thurman (1902-1934) est une figure importante de la Renaissance de Harlem. Il est connu pour son roman Plus noire est la mûre (1929). Les enfants du printemps (1932) nous plonge au coeur de Harlem et du monde noir.

    Traduit de l'anglais par Daniel Grenier

  • New York, 1858. Ayant quitté sa Pologne natale pour améliorer son sort, Youssef débarque en Amérique et décide d'opérer dans le domaine de l'import-export. Mais sans tarder, il est confronté à la famille Janssens, de véritables tyrans qui exercent une domination impitoyable sur Manhattan.

    Entre-temps, Charles Jaquet et sa fille Émilie arrivent de Philadelphie. La jeune femme rencontre Henk, le chef de bande des Janssens, dont le charme et la puissance ne peuvent faire autrement que l'impressionner. Une fâcheuse mésaventure liée à son commerce permet à Youssef de faire la connaissance de la belle Émilie, de qui il s'éprend aussitôt.

    Alors que la guerre de Sécession éclate et cause d'énormes pertes humaines, Youssef doit partir pour le front. Sa dulcinée se retrouve conséquemment dans une réelle misère financière et Henk ne cherche qu'à la subjuguer pour en tirer profit. Jusqu'où ira-t-il pour garder son pouvoir véreux ? Youssef et Émilie réussiront-ils à concrétiser leurs plans d'avenir alors que la ville est plongée dans le chaos ?

    Claude Dion publie aujourd'hui son deuxième roman, nous plongeant cette fois dans le New York de 1858. Ses recherches historiques ainsi que ses nombreux séjours aux États-Unis lui ont permis de camper de riches personnages dans un décor typique de l'époque et de la région.

  • Il n'y a pas de grande île, les îles sont petites. Entourées d'eau de toutes parts, les îles sont à la taille de l'homme. L'homme est à la taille des îles. Nous sommes tous des Robinsons. Nous rêvons d'îles dont on ferait un paradis. Sans imaginer que l'on risque d'en faire un enfer. Qu'emporterons-nous sur l'île ? Alain Hervé nous emmène dans les îles de toute sa vie, tout autour du monde, de Chausey à la Polynésie, de Madère aux San Blas, d'Éléphantine à Manhattan - oui Manhattan est une île -, de Venise à la Russie, de Nantucket aux Galápagos, d'Écosse au Chili, du Japon à la Suède et encore et encore... Il raconte leurs arbres, leurs hommes, leurs instants, leurs vents, leurs bateaux, leurs marées, leur vie... jusqu'à leur donner une dimension philosophique sensible.Désertes ou hérissées de buildings, tropicales ou glaciales, volcaniques ou sacrées. Ce que Dieu a fait de mieux sur la planète Terre, ce sont les îles. Partons pour les îles.

  • Ampoules fluocompactes, voitures hybrides, trains rapides, frigos Energy Star: la réduction de notre empreinte écologique passe, dit-on, par l'utilisation de technologies moins énergivores. Est-ce bien sûr ? Selon David Owen, cette consommation que l'on souhaiterait «responsable» aggrave en réalité la crise environnementale planétaire.

    Tel est le paradoxe des effets rebond: chaque gain d'efficacité apporté par la science et l'industrie se traduit, en bout de ligne, par une consommation énergétique globale surmultipliée. Ainsi le transport aérien, moins énergivore qu'autrefois, est devenu accessible à tout un chacun et a décuplé. Idem pour la climatisation, ce luxe devenu omniprésent. Et l'éclairage de plus en plus économique transforme peu à peu l'obscurité en une denrée rare.

    Au fil d'un voyage captivant aux avant-postes du «développement durable», là où s'activent ingénieurs, inventeurs, urbanistes et économistes, l'auteur montre avec humour comment la recherche effrénée d'efficacité trompe nos meilleures intentions, et pourquoi le fait de modifier nos habitudes de consommation ne rendra pas la croissance capitaliste plus viable... à moins peut-être de modifier la plus mauvaise de ces habitudes, qui est la soif de consommation elle-même.

  • Dans l'oeil du soleil

    Bechard Deni Ellis

    • Alto
    • 1 Novembre 2016

    Qu'est-ce qui inspire les Icare modernes ? La volonté de venir en aide aux autres, ou le besoin de se sauver eux-mêmes ?

    Kaboul, dix ans après le 11 Septembre. Trois étrangers trouvent la mort dans un attentat à la voiture piégée: Alexandra, avocate québécoise spécialisée en droit humanitaire, Justin, idéaliste religieux enseignant dans une école locale, et Clay, ex-militaire devenu contractuel en sécurité. Les liens complexes qui les unissent se révéleront au fil de l'enquête que mène une connaissance, journaliste proche des disparus. Du Maine à La Louisiane en passant par le Québec et l'Afghanistan, l'ambition de trouver un coupable cède la place à un dessein plus vaste, de nouvelles silhouettes se dessinent, et le reportage peu à peu se transforme en un roman d'une violente beauté.

  • Dans la chambre d'un hôtel de Manhattan, une femme attend et rêve. Elle est venue aux États-Unis tenter de sauver l'homme qu'elle aime, arrêté par les agents du Narcotic Bureau pour trafic de stupéfiants. Cette femme, Sara, est l'enjeu d'une partie mortelle entre la police américaine qui a besoin de son témoignage et la mafia qui veut s'assurer de son silence. Environnée de violence et de nuit, traquée par une multitude de voix hostiles, Sara se réfugie dans le secret de son passé, elle laisse ses voix intimes reconstituer le puzzle de ses passions, de sa traversée des mondes de la drogue, de la prison, des flics, en France, en Italie, aux États-Unis. Ce roman est un voyage au bout de la mémoire, mais aussi le portrait d'une femme au milieu des hommes, acharnée à survivre parce qu'elle combat pour son amour. Cette femme nous en rappelle une autre, l'héroïne de La Dérobade, le premier livre de Jeanne Cordelier.

  • Sondes

    J.R. Leveille

    Peu d'auteurs dans la francophonie canadienne tiennent un discours sur leur propre pratique artistique ainsi que celle des autres.
    J.R. Léveillé l'a entrepris en 1990 avec la publication d'une Anthologie de la poésie franco-manitobaine et l'a poursuivi, au cours des ans, dans divers essais ou conférences, ainsi que par des articles de magazines, livres et revues, regroupés, en 2005, dans Parade ou les autres et Logiques improvisées.

    Sondes rassemble la majeure partie des textes produits de 2005 à 2014 et offre une vitrine sur la modernité culturelle franco-manitobaine. On y trouve des réflexions de l'auteur sur sa propre pratique d'écrivain, une
    certaine théorisation de l'écriture, un aperçu des conditions sociales, politiques et culturelles qui ont conduit à la modernité, des entrevues et des portraits d'auteurs qui ont fondé le théâtre et la littérature et d'artistes qui en assurent l'évolution.
    Cette version de Sondes est enrichie par des liens qui mènent aux sites internet de la plupart des artistes énoncés dans l'ouvrage.

  • Voilà ce qu'a dit Simenon à la lecture de l'ouvrage : pour la première fois sans doute, je trouvais des commentaires sur mon oeuvre qui ne me hérissaient pas et je me reconnaissais...

  • Stratégies des pouvoirs, stratégies des femmes pour leur résister : c'est toujours la même chose et c'est toujours différent. Lieux concrets et formes subtiles d'oppression, qu'il s'agisse d'institutions, d'organisations ou de discours. Insurrections héroïques des femmes, actions d'éclat ou mouvements souterrains méconnus des historiens, tentatives suivies d'échec. Alliances inattendues, effets imprévisibles, paradoxes. Le livre fait apparaître l'impossibilité de s'en tenir à des catégories massives, tranchées, telles que « la droite », « la gauche », « la femme ouvrière », « la bourgeoise », « la lesbienne », « la catholique », « la féministe ». À la place, une irréductible pluralité des représentations, des actions, des réactions.

  • Les mille blagues qui font hurler de rire les Américains.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Quand on a vingt ans, et la passion du rock'n'roll, en 1973, on est prêt à tout pour aller au pays d'Elvis, de Chuck Berry, des Beach Boys et de Lou Reed... Même à abandonner ses études, même à déserter, surtout si l'on espère y retrouver une Américaine aux jeans trop larges prénommée Carson... Même à porter des bottes pointues et à survivre de l'air du temps dans les bas-quartiers de New York, même à s'acoquiner avec un self-made-man franco-chinois qui a fait de l'escroquerie une poésie et du dollar une philosophie... Tous ceux qui, un jour, ont tapé du pied sur Be bop A Lula lui pardonneront. Chronique nostalgique d'un faux-naïf, Carson fait revivre une époque où l'on croyait que les guitares électriques allaient changer le monde. Nombreux sont ceux qui, dans la partition de Didier Sénécal, écrite sur le tempo de Tutti Frutti, trouveront un écho au tumulte de leur propre jeunesse. Le rock'n'roll, c'est ce qui reste quand on n'a rien voulu oublier de ses erreurs, et de ses rêves.

  • Para los no iniciados, un cóctel es sólo una bebida. Sin embargo, los expertos como Jane Rocca saben que todos los combinados tienen su carácter, y que cada uno de ellos posee sus particularidades y proporciona algo esencial en la vida. Así, la autora nos muestra lo chic y glamurosa que es una copa de cava, cómo nos induce al coqueteo el ron, o lo adecuada que es la ginebra para las más románticas, el sake para aquellas que están dispuestas a probar algo diferente, el vodka para las mujeres arriesgadas, el tequila para las chicas que saben salir de fiesta y el whisky para las mujeres a las que les gusta disfrutar de bebidas fuertes.
    El quid está en tomarse la vida con un poco de frivolidad y saber preparar un cóctel carrera de ron para ambientar una tarde de relax o un Janis Joplin para momentos intensos.
    Desde el Manhattan al mojito, pasando por el cava real o el verano londinense, aquí se incluyen tanto los combinados más clásicos como las nuevas y asombrosas creaciones que están de moda, así como los favoritos de los bármanes. Con sugerentes y elegantes dibujos de Kat Macleod, este es un libro capaz de levantar la moral a cualquiera.

  • Demain est là a deux objets, intimement soudés. L'auteur a voulu montrer quelles étaient, dans tous les domaines de la science, les préfigurations de ce qui nous attend au cours du prochain quart de siècle. Il a voulu en outre présenter un choix des plus célèbres artisans actuels du progrès matériel. Les hommes et les choses... Voici des Prix Nobel comme Waksman ou Rabi, des self-made men comme le général Sarnoff, de grands syndicalistes comme Reuther, ou de grands patrons comme Sikorsky, des entreprises géantes comme Du Pont, des laboratoires minuscules comme celui de M. Trombe... Énergie solaire, énergie atomique, énergie chlorophylienne, électronique, cybernétique, médecine, aviation, astronomie, derniers-nés des métaux, matières plastiques : voici, parmi bien d'autres, les principaux sujets d'études de l'auteur. Ce fut une longue enquête, pour laquelle l'auteur a sillonné les États-Unis, le Canada, l'Europe occidentale, une partie de l'Afrique. Enquête impartiale menée par un homme seul. Il a tenté de bout en bout d'être pareil à l'Usbek de Montesquieu qui, sans idée préconçue, tâchait à écouter, à voir et à comprendre tout et le contraire de tout - puis jugeait. Le propos est ambitieux. Mais le Dr. Robert J. Oppenheimer, le savant le plus pathétique qu'ait rencontré l'auteur, ne lui disait-il pas : « L'homme est un aveugle qui marche sans relâche dans la nuit... ».

  • Chicago, 1983. Sur un plan de la ville, un diplomate français trace d'un trait rouge une frontière infranchissable, une zone interdite à ceux dont la peau est blanche : le ghetto noir. Pour Sofia Stril-Rever, ce trait est une blessure, une plaie dans la ville qu'il faut avoir le courage d'affronter. Pendant sept ans, elle se rend dans les ghettos de Chicago et de Harlem. Elle en rencontre les différentes communautés, elle en photographie les rues, pour comprendre, pour témoigner. Elle remonte jusqu'à la traite des noirs qui n'a jamais été reconnue en tant que génocide. Elle analyse le regain d'intérêt pour les thèses de Malcolm X, le leader noir assassiné en 1965. Elle parle du sentiment religieux à travers lequel s'expriment aujourd'hui la révolte et l'espoir des Afro-Américains. Ce livre est autant un document implacable que le récit bouleversant d'une expérience intérieure. L'auteur y donne littéralement à voir, avec des mots de chair et de sang, un univers concentrationnaire protégé par l'oubli. Mais elle raconte également une descente aux enfers dont aucun lecteur ne ressortira indemne.

empty