• Dans ce préquel à L'Ascension de Skywalker, nos héros s'efforcent de poursuivre la lutte alors que l'étincelle de la Résistance menace de s'éteindre.

    La Résistance est en ruines, son armée réduite à une poignée de combattants blessés. Finn, Poe, Rey, Rose, Chewbacca, Leia se retrouvent plus que jamais isolés. Et le dernier appel à l'aide de la générale n'a pas reçu de réponse. Depuis les jungles de Ryloth jusqu'aux chantiers navals de Corellia, l'ombre du Premier Ordre grandit, et ceux qui ont le courage d'affronter les ténèbres sont éparpillés. Pour préserver l'étincelle de l'espoir, les derniers Résistants doivent écumer la galaxie à la recherche d'autres leaders - y compris ceux qui, par le passé, ont aidé la Rébellion à renverser l'Empire. Des batailles auront lieu, des alliances seront forgées, et la Résistance renaîtra.

  • 6 juin 1944 : les Alliés débarquent en Normandie. Après 80 jours de combat, ils libèrent Paris. À la fin mars 1945, la bataille est terminée dans l'est de la France. Il n'en est pas de même à l'Ouest, où 75 000 soldats de la Wehrmacht et de la Kriegsmarine résistent sans faillir aux assauts des troupes alliées et françaises dans six forteresses édifiées sur le littoral de France : Dunkerque, Lorient, Saint-Nazaire, La Rochelle, Royan et la pointe de Grave. Grâce à de monumentales batteries d'artillerie, des fossés antichar et une défense aérienne redoutable, les soldats allemands ont reçu l'ordre de Hitler de tenir jusqu'au bout. Le 14 avril 1945, sous la conduite du général de Larminat, la campagne de l'Atlantique est déclenchée. Après des semaines de combats acharnés où près de 60 000 civils sont pris en otage, les troupes françaises - pourtant peu expérimentées et faiblement armées -, formées pour l'essentiel de combattants FTP et FFI, obtiennent la reddition de l'ennemi. En moins d'un mois, les poches sont réduites les unes après les autres : Royan (18 avril), l'île d'Oléron (1er mai), l'île de Ré et la Rochelle (7 mai), Dunkerque (9 mai) Lorient (10 mai) et Saint-Nazaire (11 mai). Au final, des villes entièrement dévastées où les « empochés » ont enduré des conditions de vie épouvantables alors que le reste du pays fêtait la Libération. Stéphane Simonnet lève ici le voile sur les batailles oubliées de la libération de la France.

  • Tirant le Blanc, chevalier breton, parcours le monde pour clamer les mérites de sa dame, la princesse Carmésine. Les jeux de l'amour et de la guerre vont, d'un rebondissement à l'autre, à un rythme effréné, se déployer dans tous les horizons. La prose de

  • Guerriers cupides, volontiers impies et cruels, les Celtes font figure, dès l'Antiquité, de partenaires indociles et dangereux. Malgré cette mauvaise réputation, ils serviront sans relâche les Carthaginois et les Grecs du ve au Ier siècle avant J.-C. et dans l'ensemble du Bassin méditerranéen. Aux côtés d'Hannibal, ils s'avèrent même des auxiliaires indispensables lors des plus belles victoires du général de Carthage.

    À l'aide d'une relecture critique et systématique des sources antiques, Luc Baray propose une nouvelle approche de l'art de la guerre des Celtes. Dépassant le strict cadre de la deuxième guerre punique et faisant appel aux dernières découvertes archéologiques, il analyse leur manière spécifique de combattre, leur armement, et leur emploi tactique. Il nous propose ainsi de revivre les plus grandes batailles d'Hannibal, où perce le rôle déterminant des fantassins et des cavaliers gaulois. Une grande leçon d'histoire militaire.

  • Chevauchées, batailles, révoltes, complots.
    Dans ce deuxième volet des Trois Pouvoirs, Guillaume de Gaucourt entre au service de Yolande d'Aragon, la puissante duchesse d'Anjou.
    L'ancien prévôt de Paris devra déjouer la révolte des bouchers parisiens, tout en veillant sur son père. Il lui faudra épauler le jeune Charles d'Orléans dans sa lutte contre Jean Sans Peur, le duc de Bourgogne, malgré les risques de guerre civile. Il aura surtout pour mission de défendre le royaume de France contre Henri V, le redoutable roi d'Angleterre, qui vient de débarquer sur ses côtes.
    De la Bastille aux plaines d'Azincourt, notre héros devra lutter sur tous les fronts, y compris celui de l'amour.


  • " La défaite est la mère de la victoire. "
    Proverbe latin

    Bien souvent, les nations se souviennent des victoires militaires qui ont fait la grandeur de leur pays, et occultent les défaites. En France, on connaît tous la date de la bataille de Marignan (1515) qui a vu François Ier terrasser les mercenaires suisses en Italie, mais bien moins celle d'Azincourt (1415) qui a infligé à l'armée française une défaite cuisante face aux Anglais. Pourtant, les débâcles militaires ont, elles aussi, fait la France. Sans la déroute de Vercingétorix à Alésia en -52, la Gaule n'aurait jamais été unifiée. Sans la défaite de la France qui mit fin à la guerre franco-prussienne en 1870, la IIIe République n'aurait pu voir le jour. Dans cet ouvrage, Carl Aderhold retrace l'histoire de huit défaites emblématiques : Alésia, Azincourt, la guerre de Sept Ans, Waterloo, Sedan, le Chemin des Dames, la bataille de France et Diên Biên Phu. Délaissant l'analyse simpliste qui voit la défaite militaire comme une catastrophe et la victoire comme un triomphe, l'historien redonne à ces événements la place qu'ils méritent dans le roman national français.

  • Il y a près de soixante ans maintenant, l'armée française livrait, à Diên Biên Phu, la dernière bataille rangée de son histoire. Cinquante-six jours durant, des combats acharnés opposent les troupes de l'Union française aux soldats de l'armée populaire vietnamienne. Depuis lors, ces trois syllabes sont synonymes de courage et de sacrifice.
    Côté français, cette bataille perdue, qui se solde par la chute du camp retranché de Diên Biên Phu, le 7 mai 1954, précipite la fin de la guerre d'Indochine. Elle provoque aussi un réel traumatisme en même temps qu'une prise de conscience de l'opinion publique française, qui s'interroge sur les raisons qui ont conduit à l'anéantissement de 17 bataillons, parmi les meilleurs, et à la perte de 15 000 hommes ? morts, blessés, prisonniers ? commandés par le général de Castries.
    À l'appui d'archives et de témoignages inédits, Ivan Cadeau donne à voir une autre réalité de cet événement capital, notamment à travers la chasse aux responsables qui s'est ouverte dès 1955 et qui fait encore débat aujourd'hui. Il montre encore que, comme l'écrira le général Ely, « si par une chance inespérée, Diên Biên Phu n'était pas tombé, si seulement la place avait été dégagée par une intervention aérienne américaine, le choix fait par le général Navarre ne serait-il pas considéré encore aujourd'hui comme un trait de génie ? »

  • Traitant le conflit dans sa totalité, ce dictionnaire présente à travers près de 2 000 entrées :
    O Les faits politiques, pactes, traités, ententes, conférences...
    O Les événements militaires, batailles sur terre, sur mer et déjà dans le ciel...
    O Les hommes, responsables politiques, chefs militaires, combattants...
    O Les matériels et les armements...
    O Les conséquences humaines, matérielles et politiques...

  • « Sa respiration haletante trahissait toute son angoisse. Et celle-ci l'enfermait dans des solutions utopistes. Sitôt calmée, elle s'apercevrait de leur absurdité. Il n'y avait rien à négocier. Depuis toujours, les hommes se battaient et mouraient pour des causes qui leur échappaient. Et quand la mort les enveloppait, ils l'acceptaient avec dignité et honneur. Tel était leur destin. » 

    Tir Bold est une terre celte découpée en 13 nations dont le quotidien est rythmé par les jeux politiques des alliances et des conflits. 

    Au milieu des luttes de pouvoir, trois individus, tiraillés entre leurs ambitions personnelles, la protection de leurs clans et l'avenir de Tir Bold, découvrent leurs destinées au hasard des vérités et des mensonges, de la bravoure et de la peur. Jour après jour, ils constatent l'ampleur des sacrifices à endurer. 

    Le choix des armes est le premier tome de la trilogie Les Milésiens. 

  • Que c'est-il passé en France et à l'étranger ? Quels sont les pays qui ont dit oui au Mariage pour tous ? Comment ont il obtenu leurs droits au mariage homosexuel ? Luttes, décrets, lois, abrogation, constitution, manifestations, opposition, sondages, batailles juridiques, droits de l'homme, injustices et discrimination sont des mots qui reviennent sans cesse pour ceux qui se sont battus chaque jour pour obtenir des droits pour leur communauté homosexuelle. Dans chaque pays, une autre histoire, un contexte culturel et religieux différent, des pouvoirs politiques toujours peu déterminés, un public souvent mitigé, mais pour les communautés homosexuelles, gays, lesbiennes, transgenres, la même volonté de réussir à obtenir des droits équitables pour tous. Katia Coen et Didier Denis K présentent ici un portrait des pays où rien n'a été facile pour réussir à obtenir une égalité juridique dans leurs droits.

  • La tempête est le deuxième rouleau de la trilogie de L'encre et l'argile.
    La pluie qui est tombée durant 40 jours et 40 nuits s'est arrêtée. Les eaux ont tout recouvert. L'Arche vogue sur un océan sans fin. Mais les aventures de Gour, le jeune scribe, continuent et prennent une tournure tout à fait extraordinaire quand notre héros fait la connaissance de nouvelles créatures embarquées elles aussi sur l'Arche pour être sauvées. Le bateau est en effet beaucoup plus vaste qu'il parait avec la découverte des étages intermédiaires et son fourmillement d'êtres fantastiques. Gour accompagné de sa nouvelle amie Hadjar el Karim, doit poursuivre sa mission et sauver les créatures magiques, parfois au prix de sacrifices douloureux.

  • Dclenche le 6 juin 1944, la bataille du Cotentin reprsente un enjeu primordial pour les Allis : s'ancrer dfinitivement sur le sol franais. Aprs deux mois d'une lutte acharne dans le bocage et les marais normands, elle met un point final au Dbarquement. Le 26 juin 1944, les troupes du gnral Bradley s'emparent de haute lutte du port de Cherbourg. Victoire symbolique, mais illusoire : l'arme allemande impose son adversaire une terrible guerre d'usure dans le bocage et les marais du Cotentin : chaque haie, chaque bosquet est un nid de rsistance pour les soldats allemands. la Haye-du-Puits, 10 000 GI meurent pour progresser d'une dizaine de kilomtres, soit un mort par mtre. Les villes et villages bombards, notamment Saint-L, sont en ruine et la population en exode. Hitler s'obstine et donne des ordres contradictoires et insenss. Finalement, le 25 juillet, l'opration Cobra explose sous un tapis de bombes la ligne de front allemande. Les blinds de Patton s'engouffrent dans la brche, percent en direction d'Avranches et foncent vers la Bretagne et le Mans. Malgr une contre-offensive dsespre de l'arme allemande, les Allis ne peuvent plus tre arrts. Au grand dam de ses gnraux, Hitler a sacrifi ses meilleures units, dont la sinistre 2e division Panzer SS Das Reich du gnral Lammerding, et prcipit la dfaite de l'Allemagne en Normandie. Le Dbarquement est achev.

  • Les Chroniques de  la famille De Quent - Deuxième partie Nouv.

    Ryland De Quent, fils cadet de Brennus, accoste sur ses terres après un périple en mer à bord du Faucon Royal. Cet homme, qu'on a appelé Thomas et Tempestas, revient avec un esprit vengeur et un besoin irrépressible de laver l'honneur de sa famille. Il s'engage dans la guerre contre les clans et découvre une contrée dévastée par les conflits... Le pays est dirigé par ceux ayant oeuvré à la perte de sa famille.

    Martial De Quent, fils aîné de la famille, ne souhaite pas prendre les responsabilités qui découlent du titre. Il décide d'étendre ses activités criminelles. La rue le surnomme rapidement le baron Vermillon, en rapport avec les litres de sang qu'il fait couler pour s'imposer en tant que maître de la ville. Toujours à l'affût de nouvelles opportunités, il décide de faire fructifier ses affaires.

    Chaque frère De Quent possède une quête et une mission personnelle qu'il faut mener à bien. Pourtant, les secrets du royaume ne sont pas loin d'éclater et de semer la terreur. Découvrez un deuxième tome palpitant où les révélations déstabilisent, les stratégies se multiplient et où les apparences sont souvent trompeuses !

  • Paris occupé, le 2 avril 1814. Alexandre Ier, tsar de Russie, reçoit le général de Caulaincourt. Les deux hommes sentretiennent de labdication de Napoléon Ier et du lieu qui accueillera son exil. Quelques jours plus tôt, lâché par ses maréchaux, lEmpereur a été vaincu et la Grande Armée balayée par les armées des Coalisés. Le 3 mai 1814, il débarque à lîle dElbe. Durant trois cents jours, il règnera en maître absolu sur cette île dà peine 224 km², située entre la Corse et la Toscane, quil semploiera à moderniser. Perpétuellement en mouvement, il sactive sans relâche, visitant chaque recoin de lîle, lançant de nombreux projets, veillant au moindre détail. Loin des grandes batailles qui ont forgé sa réputation, cest aussi un homme qui tente, malgré les dimensions dérisoires de son «royaume dopérette», de reconstituer le cadre impérial, avec son organisation, son étiquette, sa cour et son armée. Mais surtout, cest depuis Elbe quinlassablement il prépare son évasion et son retour en France.

    À partir des mémoires, de la correspondance officielle et de multiples témoignages de compagnons dexil, Marie-Hélène Baylac fait revivre avec brio le séjour de Napoléon à lîle dElbe, de son arrivée sous bonne escorte à son départ secret dans la nuit du 26 au 27 février 1815. Entre intrigues et manuvres, sagitent les partisans et fidèles de Napoléon, mus par un désir fervent de voir lEmpereur régner à nouveau sur lEurope.

empty