Tourisme & Voyages

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Récit de l'une des légendes les plus célèbres et les plus mal connues de Bretagne.

  • Marie-Georges Lamarque est issue d'une famille savoyarde qui, de tous temps, a été imprégnée des traditions du pays. Fille, petite-fille, et arrière-petite-fille d'enseignants, dès son jeune âge, elle a été élevée dans le culte de la « petite patrie ». Aussi, ayant suivi la tradition familiale, dès qu'elle est devenue professeur elle-même, a-t-elle commencé à accumuler la documentation nécessaire à une étude en profondeur de ce magnifique pays qu'est la Savoie. Après plus de 10 ans de recherches et de documentation, aussi bien en archives que sur le terrain, elle nous livre le résultat de ses travaux. Écrits avec la sensibilité d'une femme qui aime d'amour son pays, et la rigueur scientifique de l'historien et de l'ethnologue, son superbe ouvrage séduira tous ceux que les traditions et les images de la Savoie, telle qu'elle était hier et qu'elle est encore aujourd'hui, passionnent.

  • Le roman d'un voyage où le lecteur vit au quotidien l'aventure d'un grand évènement sportif : les 16es jeux Olympiques d'Albertville.

  • Autour d'une grande figure de manager international du sport, un roman qui introduit dans les coulisses et les secrets du sport-business.

  • À dix-huit ans, Pascal Entremont gagne les Indes en stop. Sur sa carte de visite est gravé "Magicien Reporter". Au Cachemire, il troque sa montre suisse contre ses premières pierres précieuses. Aujourd'hui, laboratoire portable et marteau en main, il prospecte les hauts de l'Himalaya et les plaines du Kenya, exploite ses mines à Ceylan ou part en mission officielle à Madagascar. Il fréquente ministres et mineurs, maharadjahs et magiciens, philosophes et gourous. À la différence de la plupart de ses confrères vissés à leur fauteuil, il chasse les gemmes géantes à travers les continents. Dans le monde de la gemmologie internationale, le spécialiste aux cheveux longs et aux gilets multicolores s'est taillé une place à part. Quinze années de voyage dans une trentaine de pays ont fait défiler sous ses yeux experts des montagnes de gemmes. Il en a acquis des dizaines de milliers et s'en réserve quelques centaines pour réaliser son rêve d'enfant : ne plus voir ses pierres rares lui échapper, les fixer dans un musée, son musée.

  • Basé sur des faits authentiques, traversé au pas de charge par d'Artagnan, Madeleine de Scudéry, Richelieu..., ce roman est l'histoire d'un personnage étonnant, François de Saint-Preuil, gouverneur d'Arras sous le règne de Louis XIII, en accord avec son siècle, où l'amour et la guerre suffisaient au bonheur d'un gentilhomme.

  • Les Mémoires de Léon Berland, vigneron, agriculteur puis aubergiste sur la commune de Veigné, furent rédigées de 1909 à 1912. Leur contenu évoque la période s'étendant entre 1850 et 1910, vivant récit de la vie quotidienne en Touraine durant la seconde moitié du XIXe siècle. Né en 1847, Léon Berland commence par y livrer des souvenirs personnels très précis des dix dernières années du Second Empire, notamment à propos des coutumes et traditions locales. Mobilisé dans la Garde Mobile après la défaite de 1870, il découvre alors l'Anjou et la Vendée. Passionné par la politique, locale ou nationale, cet ardent républicain deviendra conseiller municipal de Veigné, en lutte permanente contre ses nombreux collègues conservateurs. Le charme de ces Mémoires est de savoir alterner les événements nationaux et les petits faits de la vie quotidienne. Tout intéresse Léon Berland : la construction du pont de Veigné, les aléas climatiques, les projets de chemin de fer, mais aussi les deux expositions universelles, la Commune de Paris, la conquête de nouvelles colonies ou les découvertes de Pasteur. Bien des pages peuvent susciter réflexions et commentaires, qu'il s'agisse des difficultés des premiers instituteurs, des luttes et ambitions politiques, des progrès de l'agriculture ou du début des sociétés d'entraide. Ces Mémoires constituent ainsi un précieux document pour l'histoire des Tourangeaux du siècle dernier et particulièrement pour la connaissance de l'évolution d'une petite commune rurale.

  • Histoire romancée de 50 ans de vie dans les modestes familles du Nord.

  • Ils défient les éléments et la peur, éprouvent des états de conscience altérés, voyagent aux frontières d'un soi-même inconnu... Qui sont-ils, pourquoi le vivent-ils, comment le ressentent-ils ? Ce livre, à travers de multiples témoignages, prouve - s'il le fallait - que l'esprit d'aventure puise sa force dans la tête, le coeur et surtout l'âme. Risque, mort, authenticité, argent, célébrité, l'aventure actuelle met en péril non seulement le corps mais aussi l'être dans sa totalité. De Florence Arthaud et Philippe Poupon sur leurs monstres flottants à Jean-Louis Étienne le "polaire", de Titouan Lamazou le marin philosophe à Jean-Loup Chrétien, aux nerfs d'acier, de Claire Constand, infirmière du monde, à Patricia Coste d'Antenne 2 dans l'engrenage des guerres, de Catherine Maunoury et ses voltiges insensées à Anita Conti nageant à quatre-vingts ans avec les requins, jusqu'au plus extrémiste de tous, l'alpiniste Jean-Marc Boivin, hélas récemment disparu, ce sont les confins de l'humain qui sont repoussés jusqu'à leurs limites...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • M. Peissel, l'ethnologue aventurier, a remonté à la rame, à bord d'une barque viking, le Dniepr et la Dvina (2400 km) dans le sillage des Varègues ou Rus, les vikings suédois qui ont donné leur nom à la Russie.

  • La planète-Poupat, une famille de petite bourgeoisie, se consume progressivement sous l'emprise de son propre passé, des stéréotypés inconscients qu'elle perpétue chez ses membres, des expiations imaginaires qu'elle leur inflige. Ce monde en constante représentation vit dans le temps bloqué des prisons - une prison dont Henriette, la mère, serait la souveraine tyrannique. Les enfants y sont condamnés à devenir des ratés comme papa, ou des sacrifiés comme maman. Mais ce crépuscule de dieux, ô combien modestes, s'inverse en renaissance par les vertus de l'écriture. L'auteur fictif du récit est en effet Lyvia, la fille d'Henriette, que le système-Poupat, au seuil de l'adolescence, a conduite au bord de la folie, et qui parvient, cependant, à rompre le cercle infernal de la répétition en revivant, ou plutôt, redisant son enfance, avec une férocité joyeuse qui désenchante les tabous et fait tomber les masques. On voit ainsi, au fil des pages, Alexandra (dite Miaoû), Henriette (maman), Armand (papa), Sylvain (dit Vévé), le guérisseur La Chaume, et divers comparses - oncle et tante, chien et chat, élèves du cours Mermoz - surgir comme autant de protagonistes d'une très meurtrière revue de fin d'année... Aussi bien ce livre marie-t-il, tout à la fois, une vision remarquablement acérée, un subtil projet littéraire et une verve d'écriture éblouissante, qui, malicieusement, met à nu les ressorts du parler-Poupat (où il nous arrive, bien souvent, de nous reconnaître...). Avec cet ouvrage, Nadine Sautel réussit ainsi la gageure d'un récit dense et secret qu'on lit d'une traite, entre rire et jubilation.

  • A l'extrême sud de l'Amérique du Sud s'étend la Patagonie, puis, de l'autre côté du détroit de Magellan, la Terre de Feu et son ultime sentinelle australe, le cap Horn, au large duquel sombrèrent tant de navires. Le décor n'a pas changé depuis Magellan qui découvrit en 1520 cet univers démesuré, depuis Darwin et Fitzroy qui l'explorèrent en 1830, et l'ambiance y reste en tout point conforme à ce qu'en écrivait Jules Verne dans Les Enfants du capitaine Grant. Darwin, qui n'était pas un émotif, avouait qu'aucune contrée ne lui avait laissé d'impressions aussi fortes que ces solitudes inlassablement déroulées aux extrémités de la terre. Des hommes peuplent cette solitude. Les Indiens, errant à cheval à travers les steppes magellaniques ou en canot sur les eaux fuégiennes, ont presque tous disparu. Leurs derniers survivants sont le reflet tragique d'un monde perdu. Des pionniers sont venus, qui assurent la relève, soumis au vent et à la tempête qui sont les vrais souverains de la Patagonie. Ce sont des hommes rudes, qui croient aux légendes et à l'hospitalité et offrent au visiteur un exemple d'audace, de patience et de courage. La Patagonie, c'est plus qu'un voyage, c'est une initiation. N'y entre pas qui veut, n'y vit pas qui veut, et ne la comprennent que les âmes bien trempées. L'auteur de ce livre, Jean Delaborde, y a consacré sa vie. Patagonia est le premier volume de la collection de la Société des Explorateurs et Voyageurs français.

  • La Papouasie, ici, c'est une Afrique de bric et de broc, Afrique mille fois rêvée, réinventée, où la solitude et la terreur de chacun, bien au-delà des souvenirs, renvoient à l'opacité des énigmes. Au point que l'on ne sait plus, d'ailleurs, parmi les fauves carnivores et les bananiers en carton, ce dont il s'agit : de la mort de ceux-là, dont il reste des lettres et des photographies, de la disparition d'un mirage colonial, ou bien des deux à la fois... Il n'y a plus que ces images, rapides, maladroites, lorsque, devant des villas somptueuses cernées par la jungle, ils se tiennent encore par la main ou quand, à bord d'une Vauxhall bleu-nuit, emportant avec eux la trace des mensonges, ils traversent les savanes à toute allure...

  • Vieux paysan des bords de l'Authion, Auguste Ribot, dit « Toujusse », vient de mourir et on ne peut pas dire « entouré de l'affection des siens » tellement son originalité et son mauvais caractère ont empoisonné la vie de toute la famille. Ses enfants - sa belle-fille Andrée surtout - espèrent qu'il aura fait des donations juteuses. L'ouverture du testament leur réserve une surprise : il fait bien quelques dons, un pré à l'un, un champ à l'autre, une vieille maison à sa petite-fille Anne, mais il révèle qu'il a caché, « près du centenaire », une boîte contenant des choses intéressantes et qu'elle appartiendra à celui qui la trouvera. Branle-bas de combat ! On recense les centenaires, on cherche partout dans la maison, dans les dépendances, on fouille jusque dans le cimetière ! En vain. Jusqu'au jour où la découverte de la boîte va transformer la vie de Martin, son petit-fils : elle lui permettra, avec la complicité de sa soeur Anne, de partir en voyage vers l'Italie. Il y fera des rencontres qui favoriseront si bien l'épanouissement de ses goûts artistiques que le cours de sa vie en sera changé et que ses rêves deviendront réalité.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty