Vie pratique & Loisirs

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les animaux qui s'ébattent dans ces pages vivent toujours, heureux et libres dans les bois et les savanes de la réserve d'Iguela, dans le Sud sauvage du Gabon. On ne chasse plus à Iguela depuis quelques années. Mais on y vient toujours du monde entier. Pour y voir les grands animaux africains, buffles, éléphants, gorilles, qui y vivent en nombre prodigieux. Pour écouter aussi le soir, au campement, les récits extraordinaires du vieux guide de chasse, Henri Guizard, patron de la réserve et grand maître des éléphants. Henri Guizard vit depuis 40 ans au Gabon. Il a été coupeur de bois, chercheur d'or, prospecteur de diamants. La forêt vierge n'a plus de secrets pour lui. Il est guide de chasse depuis 15 ans. Quand il raconte avec verve et humour ses bêtes et ses incroyables aventures, il tient ses hôtes éveillés toute la nuit. Partagés entre l'émotion et le rire. Les veillées de chasse d'Henri Guizard : le livre vivant d'une Afrique pleine de secrets, qui va bientôt disparaître.

  • L'année suivante, il y retourne pour accomplir un exploit : la traversée de l'inlandsis, terrifiant désert de glace. Puis il rejoint Doumidia, la jeune Esquimaude qu'il a rencontrée lors de son précédent voyage. Avec elle, au sein de sa famille d'adoption, il va vivre « au bout du monde » un hivernage au cours duquel il manquera mourir.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Quoi de plus intime que le souhait d'avoir un enfant ? Le XXe siècle a été marqué par la révolution de la maternité volontaire, avec la diffusion de la pilule contraceptive dans les pays développés. Vécue comme une libération, elle a suscité de larges polémiques. Aujourd'hui, une autre révolution est en gestation : celle du choix du sexe de l'enfant, avant même la conception. Un homme est à l'origine de cette révolution : le Pr J. Stolkowski. Spécialiste du métabolisme minéral, il a consacré plusieurs décennies à l'étude du rôle fonctionnel des éléments minéraux en biologie et leur influence sur la formation du sexe. Les travaux de recherche fondamentale qu'il a effectués à partir de 1958 lui ont permis d'établir, de manière scientifique, l'existence d'une relation entre la nutrition et le sexe des bébés. Cette découverte a soulevé des oppositions passionnées. La validité du procédé est pourtant officiellement reconnue, grâce à l'usage qu'en font certains grands établissements hospitaliers, en France et à l'étranger, qui ont créé une consultation « choix du sexe », basée sur la méthode du Pr J. Stolkowski. Aujourd'hui Professeur honoraire à l'Université Pierre et Marie Curie (Paris VI), le Pr J. Stolkowski raconte, dans cet ouvrage, son aventure scientifique, sa vie de chercheur, les différentes étapes de sa découverte, les tentatives d'obstruction et les obstacles qu'il a dû franchir pour faire reconnaître la réalité du « déterminisme ionique de la formation du sexe ».

  • On découvre progressivement Arthur à travers le récit de son amitié pour Simon, pianiste virtuose et musicien de génie. L'oeuvre de Patrick Renou est suivie d'une lettre de Christian Bobin, l'auteur de Le Treba.

  • Un ouvrage qui retrace l'évolution du port de commerce de Cherbourg et les aménagements qui y ont été apportés pour répondre au développement intensif du transport maritime, et à l'arrivée de navires de plus en plus imposants et puissants. Dans un second temps, Gérard Destrais nous présente les compagnies et les paquebots qui offrirent à Cherbourg tant d'heures d'intense activité.

  • Des anecdotes pleines d'humour à l'image de l'animateur de Canal Plus.

  • L'argent envahit tout, même les relations à l'intérieur des familles où l'on manipule la monnaie : piécette donnée à l'enfant pour laver la vaisselle ou faire les courses, argent de poche, tirelire. L'argent nous tend des pièges. C'est la tentation de la consommation-consumation qui fait basculer l'adolescent dans le vol, entraîne l'adulte dans l'endettement et le désir de vivre à crédit. Dans une perspective originale qui tient de la démarche anthropologique, l'auteur, psychiatre d'enfants et d'adolescents, explore des situations, révèle les jeux symboliques de la famille dans sa résistance aux tentatives d'appropriation de son enfant par l'État et le capitalisme. Quelles différences y a-t-il entre la nourrice - mère rétribuée - et la « tatie » d'une crèche, employée par la municipalité ? Entre la prostituée qu'on paie pour qu'elle s'allonge et le psychanalyste qu'on paie pour s'allonger soi-même ? Quelles stratégies recouvre notre idéologie de l'autonomie individuelle ? Un historique des formes que revêt l'argent et de l'évolution de la famille depuis un siècle permet enfin de dégager quelques vues prospectives sur le rôle économique de la famille comme alternative possible à la crise actuelle de l'État et à la mutation de la société que nous connaissons. L'introduction de Catherine Valabrègue, à partir de témoignages exceptionnels, étudie les nouvelles attitudes des hommes et des femmes d'aujourd'hui, en remettant en cause le mode de fonctionnement des couples. On comprendra grâce à ce livre que l'argent, c'est bien autre chose que de l'argent et que, derrière ses masques, se jouent des jeux de pouvoir, de culpabilité, d'identité.

  • Pierre, guidé par un étrange compagnon d'échappée, découvre au cours d'une nuit de veille un grand secret : la terre est le lieu où s'incarnent les rêves. Un conte philosophique plein d'humour et de poésie, qui relie à l'essentiel et nous fait toucher l'envers du décor, le mystère et la profondeur de la vie.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Tout comme Shakespeare, l'homme se demande toujours si le siège de l'amour se trouve dans le coeur ou dans la tête. Grâce aux progrès de la neuro-psycho-biologie, l'auteur nous donne une réponse

  • Les femmes d'à bord, c'est un clin d'oeil corrosif et amusé, plein d'humour et d'amour, une série de portraits de femmes, célèbres ou inconnues, qui "flottent" ou naviguent. Des femmes que France Guillain a côtoyées sur l'eau, durant vingt ans. De July, militante M.L.F., à Géraldine, épouse et mère accomplie, de Françoise Moitessier à Linda la pirate en passant par l'histoire de Félicie, classée "X » France Guillain ne se contente pas de l'aspect surprenant de ces vies de femmes. C'est aussi toute la relation de la femme à elle-même, à l'autre, qu'elle nous montre. Dans des situations à rire ou à pleurer. Ou à remettre en cause vos convictions et... vos idées sur la navigation ! Bourlingueuse sans être marginale, mère de cinq filles, touchant à tout, des mathématiques à la navigation, tour à tour "modèle:' photographe, enseignante, couturière, stock-girl - pour déplacer les troupeaux à cheval -, journaliste, France Guillain nous affirme qu'elles existent, les femmes d'à bord. Par dizaines de milliers. Avec leurs émotions, leurs peurs, leur courage, leur tendresse, elles font toutes le chemin, long et difficile, qui mène vers soi. France Guillain nous les raconte avec la simplicité, la sensibilité, la spontanéité des conteurs. Avec ce regard à la fois extérieur et moqueur envers elle-même ; et qui fait des femmes d'à bord une amarre tendue vers les hommes d'à bord...

  • L'aventure technique et humaine du célèbre navigateur, qui nous raconte son tour du monde en 80 jours.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La naissance médicalisée contribue à précipiter la société industrielle dans la schizophrénie. Mettre fin à l'oppression technique dans les maternités est aujourd'hui une tâche des plus urgentes, des plus prometteuses, des plus révolutionnaires. Ce livre relate comment il a été possible, depuis plusieurs années, d'« institutionnaliser » la « naissance sans violence » dans un établissement public. Mettre en pratique la naissance sans violence, ce n'est pas seulement composer un certain climat en « salle de travail », c'est aussi bousculer les limites et les buts de la préparation habituelle à l'accouchement pour instaurer une véritable « préparation à la naissance » ; c'est supprimer tout écran technique inutile entre parents et enfant pendant le séjour à la maternité ; c'est remettre fondamentalement en cause le rôle de la mère, du nouveau-né, du père et des professionnels impliqués dans l'accouchement et la naissance ; c'est divulguer des notions clefs apportées par des disciplines disparates que les accoucheurs n'ont pas l'habitude d'interroger. On ne changera pas la vie sans changer d'abord la façon de naître.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • "Auxerre, le système Roux", un ouvrage d'Astolfo Cagnacci, nous ouvre les portes du fonctionnement interne du football français. Entraîneur de l'AJ Auxerre depuis plus de trente ans, Guy Roux est un des personnages les plus médiatiques et les plus controversés du football hexagonal. En pulvérisant tous les records de longévité, Guy Roux a acquis une grande dimension, tant humaine que sportive. Éducateur, détecteur de talents, tacticien d'élite, gestionnaire avisé, Guy Roux s'est dépensé sans compter (et il continue) pour faire de l'AJ Auxerre un bastion du football français. Avec "Auxerre, le système Roux", on s'aperçoit que les recettes de Guy Roux, si efficaces à Auxerre, ont valeur d'exemple. Là où tant de clubs gaspillent leurs fonds, Guy Roux parvient en effet à équilibrer et, mieux, à faire fructifier son modeste budget...

  • Le football est une fête. L'idéal serait de ne jamais en interrompre le jeu, de laisser celui-ci se développer sans en contrarier le cours ; en fait, je n'ai jamais aimé siffler, car c'est casser le rythme du match, en briser la beauté. D'une certaine manière, c'est aussi aller contre l'esprit du jeu, tel que l'ont défini les textes qui en régissent les lois. Vous imaginez bien qu'on ne peut pas ne pas siffler, ce serait trop beau, on doit malgré tout faire respecter les règles. À cette fin, nous autres, arbitres, n'avons qu'une fraction de seconde pour savoir s'il y a effectivement faute et, si faute il y a, pour savoir si elle lèse vraiment l'équipe de l'agressé : la règle de l'avantage est d'autant plus fragile qu'elle est capitale. Si elle est laissée au libre-arbitre de l'homme en noir, c'est à chacun, joueurs et spectateurs, de la comprendre, de la défendre et de la protéger, car c'est d'elle que dépend l'esprit du jeu. Après tant de matchs, plus d'un millier, même s'il m'est arrivé parfois de me tromper, je voudrais au moins laisser le souvenir d'un homme honnête qui n'a jamais privilégié quiconque, sinon la seule beauté du sport que j'aime par-dessus tout.

  • Quand je repense à mon enfance me reviennent en mémoire ces matchs improvisés sur le stade des Caillols à Marseille, mais aussi l'atelier de mon père où est née ma passion pour la peinture. Après est venue la découverte du monde du foot. J'y ai croisé des aventuriers, des despotes plus ou moins éclairés, pour lesquels le sport ne comptait guère, mais aussi des personnages formidables. Il y a eu aussi ces « transferts » - comment ne pas en parler ? - qui ont souvent fait du bruit, et, bien sûr, ces fameuses « affaires ». C'est d'ailleurs à cette période que j'ai voulu arrêter de jouer. J'ai alors décidé de repartir de zéro en Angleterre. Deux titres de champion plus tard, je ne regrette rien ! En vivant là-bas, j'ai compris que mon rêve d'un football qui ne serait pas qu'une affaire d'argent et de combines n'était pas aussi fou que certains le pensent en France. Sur tous ces sujets, j'ai eu envie de m'expliquer et de dissiper les légendes qui circulent sur moi. J'espère que vous me comprendrez mieux quand vous aurez lu ce livre.

  • Tout le monde le sait : Jacques Lanzmann est un grand marcheur devant l'Éternel. Des Andes à l'Himalaya, de la forêt de Saint-Germain au Tibesti, des Cévennes au Kilimandjaro, de Bornéo à la Réunion, il a couvert, en marcheur conscient, des milliers et des milliers de kilomètres. C'est le fruit de son expérience qu'il nous livre ici. Parlant de la marche - cette activité primordiale dont notre société redécouvre la valeur -, il l'envisage sous tous ses aspects, pratique, psychologique, voire spirituel. On apprend comment s'équiper, et de quelle particulière manière - selon que l'on marche dans le désert ou en montagne, dans une forêt française ou dans la jungle -, comment maîtriser son souffle, comment se reposer. Le tout illustré par des anecdotes, des rencontres, des souvenirs, des photos... Parce qu'il est signé Jacques Lanzmann, Fou de la marche est un livre plein de vivacité et d'humour qui parle de plaisir, de bonheur et de joie. Marcheur ou pas, on "marche". Sous les pas de ce diable d'homme, le monde s'ouvre ; on découvre des paysages grandioses, des peuples magiques ; on se découvre. Voilà : le livre à peine refermé, nous sommes déjà partis.

empty