Flammarion

  • « Elle ne fait rien. Elle ne dit rien. Mais elle est là. » Électre prépare sa vengeance : son père, Agamemnon, a été assassiné dans son palais le jour même de son retour victorieux de la guerre de Troie. Son frère rentré d'exil, la jeune femme sait que le moment est enfin venu : justice sera faite grâce à Oreste, même s'il faut pour cela sacrifier la ville d'Argos.
    Composée dans la période de l'entre-deux-guerres, cette pièce propose une récriture originale du mythe des Atrides, à la croisée de l'énigme policière, de la tragédie et de la comédie. Créée en 1937 par Louis Jouvet, Électre offre sur scène une héroïne moderne dont la rage de justice n'en finit pas d'interroger le spectateur.

  • Les gens créent une réalité et ils en sont ensuite les victimes. Athéna s'est rebellée contre cela - et elle l'a payé très cher.
    HERON RYAN, journaliste Athéna m'a utilisée et manipulée, sans la moindre considération pour mes sentiments. Elle était ma maîtresse, chargée de transmettre les mystères sacrés, de réveiller la force inconnue que nous possédons tous. Quand nous nous aventurons sur cette mer inconnue, nous faisons confiance aveuglément à ceux qui nous guident - croyant qu'ils en savent plus que nous.
    ANDREA MCCAIN, actrice de théâtre Le grand problème d'Athéna, c'est qu'elle était la femme du XXIIe siècle, alors qu'elle vivait au XXIe - et qu'elle permettait à tous de le voir. L'a-t-elle payé ? Sans doute. Mais elle aurait payé bien plus cher si elle avait réprimé son exubérance. Elle aurait été amère, frustrée, toujours inquiète de « ce que les autres vont penser», disant toujours «laisse-moi résoudre d'abord ces problèmes, ensuite je me consacrerai à mon rêve », se plaignant sans cesse que « les conditions idéales ne se présentent jamais ».
    DEIDRE O'NEILL, connue sous le nom d'Edda

  • Brida, une jeune Irlandaise à la recherche de la Connaissance, s'intéresse depuis toujours aux différents aspects de la magie, mais elle aspire à quelque chose de plus. Sa quête l'amène à rencontrer des personnes d'une grande sagesse, qui lui font découvrir le monde spirituel : un mage habitant la forêt lui apprend à vaincre ses peurs et à croire en la bonté de l'univers ; une magicienne lui explique comment danser au rythme du monde et invoquer la lune. Brida part alors à la rencontre de son destin. Parviendra-t-elle à réconcilier sa vie amoureuse et son désir de tout quitter pour devenir sorcière ?
    Ce roman enchanté renoue avec des thèmes chers aux lecteurs de Paulo Coelho : le conteur y tisse un récit qui mêle amour, passion, mystère et spiritualité.

  • Il y a plus de vingt ans disparaissait Guy Debord, l'un des derniers grands intellectuels français, figure mythique des mouvements d'avant-garde de la seconde moitié du xxe siècle. Écrivain, cinéaste, penseur révolutionnaire, autodésigné « ennemi de son siècle », il a été le chef de file de l'Internationale lettriste (1953-1957) puis de l'Internationale situationniste (1957-1972), et, à partir de son oeuvre majeure, La Société du spectacle (1967), l'infatigable pourfendeur de la société de consommation. Mais Debord était également, selon ses mots et comme le révèlent ses archives, « un déclassé conspi¬rateur, un aventurier ne respec¬tant rien parce que n'ayant rien à perdre », un « enfant gâté, qui a toujours cru que le monde était fait pour lui faire plaisir et n'a jamais été capable de ressentir les choses au-delà de cet infantilisme affectif », un « Capricorne patient comme le grisou qui s'accumule dans les galeries de mines de la société ». C'est qu'il était bien placé pour connaître l'homme qui se cachait derrière le mythe qu'il s'était forgé, et cette part d'ombre que l'impressionnant travail d'investigation de Jean-Marie Apostolidès met enfin au jour. Une biographie intime et sans concession où l'on découvre un homme qui construisit sa vie comme une oeuvre d'art, en se rêvant tour à tour bandit, chef de bande, agitateur, général d'armée, empereur et philosophe.

  • Qui est Luis Mariano ?

    Un idole et un homme.

    Une idole dont les trait sont figés dès 1945 et dont la mémoire ainsi que le succès - La Belle de Cadix, Andalousie, Le chanteur de Mexico, Le Prince de Madrid... perdurent jusqu'à nos jours.

    Luis Mariano, Le Prince Charmant; Luis Mariano, le bon copain; Luis Mariano, le chéri de ces dames; Luis Mariano le faiseur de miracles... autant d'images que la presse people naissante vulgarisa dans la France des années 50. De cette image, les marianistes sont, aujourd'hui encore, les gardiens fidèles.

    Mais ce portrait idéalisé brouille la compréhension du destin réel de Mariano Eusebio Gonzalez.

    Certes, il fut complice de la construction de son mythe, mais bien vite celui-ci lui devint pesant. Aussi, au gré d'une odyssée dans l'opérette d'après-guerre, Christophe Mirambeau retrace minutieusement la carrière du ténor et s'interroge sur la passion qu'il suscita et continue de susciter.

    Pour la première fois, cette biographie reconstitue deux histoires qui finirent par être indépendantes: celle de Mariano et celle de Luis.

    À travers de nombreux témoignages, des documents méconnus et des extraits de la presse de l'époque, transparaît le profil inédit d'une personnalité inclassable.

    Luis Mariano avec la matrice de son millionième disque le 28 décembre 1953. Photos © Rue des archives

  • A l'heure du bicentenaire de Waterloo, Dimitri Casali décrypte cet épisode fondateur de l'histoire européenne pour mieux le mettre en résonance avec notre époque.Si la victoire décisive des armées anglo-prussiennes sur les troupes françaises est un fait, une majorité de personnes reste pourtant persuadée que c'est Napoléon qui a remporté la bataille. Dès lors, en étudiant le mythe napoléonien, l'auteur s'interroge : mais qui a vraiment gagné Waterloo ? Et si la défaite n'en avait pas été une ?
    Ce livre revient sur l'une des périodes les plus romanesques de la vie de l'Empereur et nous raconte comment Napoléon est devenu le Français le plus populaire au monde et pourquoi sa légende est maintenant plus forte que la réalité historique...
    />

empty