• Toxic Bayer

    Martin Boudot

    • Plon
    • 1 Octobre 2020

    Cette multinationale a créé l'aspirine, et l'héroïne. Elle a développé des médicaments qui traitent la sclérose en plaques, et participé à des expérimentations sur des enfants placés en asile
    psychiatrique. Aujourd'hui, ses produits ont envahi notre quotidien : certains soignent quand d'autres, toxiques, polluent notre air, notre eau, nos assiettes.
    Cette multinationale, c'est Bayer, l'un des leaders de l'industrie pharmaceutique et le plus grand vendeur de pesticides au monde : en juin 2018, la fi rme allemande a franchi un nouveau
    cap en faisant l'acquisition de Monsanto, l'entreprise controversée spécialisée dans les OGM qui commercialise le tristement célèbre Roundup. Bayer-Monsanto, c'est l'invention du business model le plus cynique du monde : le groupe vend désormais des traitements contre les cancers, et des produits susceptibles de les provoquer...
    Depuis dix ans, Martin Boudot sillonne la planète pour enquêter sur les problèmes environnementaux les plus brûlants. Il a rencontré des employés de Bayer, des militants et des personnes qui se disent victimes des agissements de l'entreprise. Des origines à nos jours, ce livre fait le portrait terrifiant du laboratoire le plus puissant du monde : voici l'univers selon Bayer.

  • Pour l'avoir combattue à Interpol, Aline Plançon révèle ici la plus méconnue des faces sombres de la mondialisation : la privatisation des systèmes d'Etat a fait exploser le trafic des médicaments au point de menacer votre santé. Un livre choc contre les nouvelles mafias en col blanc.
    Depuis quarante ans, la vente de faux médicaments est en hausse dans les pays pauvres, mais pas seulement. Les dysfonctionnements des systèmes de santé européens aggravent la prolifération d'une médecine frauduleuse.
    De 2006 à 2016, Aline Plançon a été responsable du programme international de lutte contre la criminalité pharmaceutique d'Interpol. Elle raconte dans ce livre son expérience, et relate ses découvertes : les produits de santé falsifiés représentent plus de 10 % des médicaments en circulation, tuent plus de 250 000 personnes par an et rapportent plus de 100 milliards de dollars chaque année. Ce business, vingt-cinq fois plus lucratif que celui de l'héroïne, est essentiellement organisé depuis la Chine, l'Inde et le Pakistan, avec la complicité d'industriels et de financiers en col blanc. Le marché de la santé est bel et bien une guerre qui recouvre des enjeux géostratégiques.
    Un document choc.

  • Alors que la guerre menée à la contrefaçon de médicaments semble obéir aux préceptes sanitaires les plus élémentaires, Mathieu Quet dans cette enquête qui nous conduit des bureaux des multinationales aux pharmacies de village des populations les plus démunies démontre qu'il s'agit une fois de plus d'une offensive de l'Industrie pharmaceutique pour défendre ses intérêts et maintenir son contrôle.
    Renforcement des législations, nouveaux accords internationaux, opérations de police, multiplication des saisies : la lutte contre les " faux " médicaments a pris une ampleur inédite. Ces précautions semblent s'imposer : dans les pays les plus riches comme les plus pauvres, l'accès à des médicaments de qualité, contrôlés avec attention, n'est-il pas un droit indiscutable ?
    Au fil d'une enquête qui nous conduit des bureaux des firmes multinationales aux pharmacies de village, des rues de Nairobi aux zones industrielles indiennes, Mathieu Quet montre que la bataille contre les faux médicaments fournit à l'industrie le moyen de reprendre le contrôle d'une situation qui lui échappait. Face à la montée en puissance de l'industrie générique et à la croissance des échanges commerciaux entre les pays du Sud, face aux mouvements de patients qui dénoncent les effets de la propriété intellectuelle, et face aux gouvernements des pays les plus pauvres qui ne s'en laissent plus conter, la lutte contre les faux médicaments est la solution trouvée par la Big Pharma pour défendre ses monopoles et ses profits.
    Une telle entreprise de sécurisation révèle certaines transformations essentielles du capitalisme, liées à l'évolution des routes marchandes et des formes de circulation, à la reconfiguration des stratégies de profit et des modes de contrôle. Il est grand temps d'étudier le fonctionnement de ce nouveau capitalisme des flux.

  • Les psychotropes sont aujourd'hui largement utilisés pour le traitement de la plupart des troubles psychiatriques ; mais il est important d'être conscient de leurs limites. Pour Christian Spadone, médecin psychiatre, l'avenir dans ce domaine est lié à la recherche de produits innovants et à une meilleure prise en compte du point de vue des patients et de leur entourage.

  • L'originalité de cette enquête est d'étudier le monde pharmaceutique de l'intérieur en s'intéressant à l'ensemble des acteurs de la chaîne de production et de distribution du médicament. Pour la première fois en France, l'ouvrage présente des investigations en sciences sociales menées au sein même des entreprises pharmaceutiques sur le quotidien des travailleurs du médicament, des ouvriers aux pharmaciens. Il montre une industrie de profits traversée par des contraintes et des problèmes d'organisation, loin des images associées à la société de la connaissance dont le secteur se veut l'emblème.

  • L'actualité des questions économiques en matire de santé, le développement des politiques de santé, la multiplication des organismes de gestion, d'évaluation ou de contrôle du systme, l'expansion des systmes de gestion des informations et des dépenses de santé, la succession des réformes, l'émergence d'une Europe de la santé rendent indispensable un ouvrage répondant aux attentes des étudiants, des professionnels de santé, des gestionnnaires d'institutions de santé et des cadres des administrations sanitaires.
    Ce Traité d'économie et de gestion de la santé rassemble l'ensemble des connaissances de base nécessaires :
    - la compréhension des débats économiques sur la santé ;
    - l'appréhension des politiques de régulation des dépenses de santé ;
    - la gestion et au pilotage des principales institutions du systme de santé.
    Pour chacune des questions, il propose :
    - le recours un spécialiste reconnu du domaine, universitaire ou praticien ;
    - une vision synthétique des données concrtes, des théories qui permettent de les interpréter, des débats qu'elles suscitent ;
    - l'état actualisé des connaissances ;
    - une bibliographie qui permet d'approfondir la réflexion.
    Ce traité a ainsi vocation devenir l'outil de référence pour analyser, comprendre et développer les politiques de santé.
    Ont contribué cet ouvrage : Hubert Allemand, Jean-Marc Aubert, Sophie Béjean, Paul Benkimoun, Emmanuel Bilbault, Pierre-Louis Bras, Philippe Brunet, Laurent Caussat, Mylne Chaleix, Yves Charpak, Jean-Pierre Claveranne, Caroline Conti, Gérard Cornilleau, Édouard Couty, Elizabeth Docteur, Brigitte Dormont, Michel Duée, Mathieu Dufoix, Gilles Duhamel, Isabelle Durand-Zaleski, Mireille Elbaum, Michel Gagneux, Isabelle Giri, Michel Grignon, Alain Gubian, François Guillaumat-Tailliet, Patrick Hassenteufel, Gilles Johanet, Philippe Lamoureux, Pierre-Jean Lancry, Thierry Lang, Claude Lavigne, Claude Le Pen, Annette Leclerc, Natacha Lemaire, Alain Letourmy, Dominique Martin, Jacky Mathonnat, Étienne Minvielle, Jean-Paul Moatti, Pierre Mose, Olivier Obrecht, Lucile Olier, Zeynep Or, Bruno Palier, Valérie Paris, Christophe Pascal, Rémi Pellet, Marc Perronnin, Sylvain Pichetti, David Piovesan, Maurice-Pierre Planel, Dominique Polton, Nicolas Postel-Vinay, Gérard de Pouvourville, Jean-Paul Prieur, Denis Raynaud, Stéphane Rican, Lise Rochaix, Victor G. Rodwin, Gérard Salem, Bérengre Saliba-Serre, Christian Saout, Guillaume Sarlat, Didier Tabuteau, Philippe Ulmann, Bruno Ventelou, Guillaume Vidal, Franck von Lennep.

  • Lancés partir de 1960, les efforts pour construire des politiques pharmaceutiques communes se sont vite heurtés aux intérts nationaux et aux écarts de pratiques et de normes entre pays. En 1993, la création d'une structure institutionnelle innovante, l'Agence européenne du médicament, est finalement décidée et s'impose rapidement comme le coeur du contrôle des médicaments en Europe.
    Ce livre analyse, dans une Europe devenue le cadre normatif central et l'horizon stratégique des acteurs, toutes les questions traditionnellement appliquées aux politiques du médicament : comment et pourquoi juge-t-on un médicament acceptable ? Quelle implication les industriels ont-ils dans les procédures de contrôle ? La protection de la santé publique est-elle correctement assurée ? Quelle place les experts ont-ils dans les processus de décision politique ?
    S'intéresser la régulation des médicaments paraît d'autant plus pertinent que le secteur pharmaceutique et son contrôle par les pouvoirs publics traversent une crise grave depuis quelques années.

  • Onze portraits d'écrivains ou d'artistes célèbres du XIXe siècle composent ce livre. Mais il ne s'agit pas de biographies, les leurs sont trop connues. L'auteur a préféré puiser dans la vie - souvent tumultueuse - de ces génies, les éléments susceptibles de graver, par touches successives, leurs profils psychologiques. Et comme les singularités de leur psychisme ont présidé au choix de ces grands esprits, c'est en fait une série d'études psychopathologiques qu'il présente. Aucun d'eux n'était fou, mais chez la plupart on trouve un terrain névrotique ou psychotique (masochisme, psychasthénie, paranoïa ou anomalie sexuelle), souvent exalté par une tare acquise : alcoolisme, toxicomanie, syphilis, épilepsie. Dans quelle mesure le déséquilibre mental a-t-il pesé sur leur oeuvre ? L'auteur analyse ce point capital en appuyant ses arguments sur une documentation rigoureuse. Il ne le résout pas pour tous, mais propose au lecteur des solutions propres à susciter réflexion et discussion. Ainsi, les toiles de Van Gogh eussent-elles été empreintes d'onirisme sans l'épilepsie temporale ? Chopin ne doit-il pas à l'impuissance sexuelle sa désespérance romantique ? Jusqu'à cet ouvrage de Guy Godlewski, on croyait bien connaître ses héros, et on les découvre sous un éclairage nouveau, réaliste, indiscret, ni indulgent ni hostile, lumineusement clair et probant. Seul un médecin pouvait décrire de la sorte ces grands esprits fragiles.

  • Jugé par Henry Ey comme le plus doué de leur brillante génération, Pierre Mâle va jouer un rôle de premier plan dans l'histoire contemporaine de la psychanalyse et de la psychiatrie infanto-juvénile. Au moment où la psychanalyse est introduite en France en 1926, il est de ceux qui s'embarquent dans cette grande aventure, au sein de la Société Psychanalitique de Paris. C'est sous sa présidence que sera fondée en 1954 l'Institut de Psychanalyse. Tous ceux qui se consacrent à l'enfance inadaptée sont de quelque manière ses héritiers. Ce livre se veut avant tout compréhension psychanalitique de toutes les formes d'organisation psychique de l'adolescent, et décrit les variations subtiles d'application de la psychanalyse à la psychothérapie.

  • Nouvel eldorado de l'industrie du médicament, le marché de l'obésité fait miroiter des profits exponentiels et excite les convoitises. La découverte innovante de deux Apothicaires de Provence fait saliver le microcosme pharmaceutique européen, toujours à l'affût. Dominé par de grosses multinationales qui pressentent le filon et veulent se l'approprier. Les obscurs du secteur se rebellent, rêvant de participer au festin financier. Et pour certains d'entre eux tous les moyens sont bons.

    Gaétan Maxehar, se retrouve malgré lui au coeur d'une action assez machiavélique. Dans un monde policé mais sans concession, voire brutal, réussira-t-il à faire face aux menaces et à concilier les intérêts des différents protagonistes ?

    Le sacrifice d'anonymes sera-t-il le moteur d'une nouvelle ère européenne, mêlant équitablement social et profit... De l'action, des intrigues, du suspense, des coups bas dans le milieu de l'industrie pharmaceutique...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Refuser d'accepter les évidences est un travers contemporain qui surprend à un moment où l'information est omniprésente et où les succès scientifiques démontrent dans tous les domaines la puissance d'une analyse objective des faits. La consommation de tabac croît bien que ses dangers soient connus et une importance mythique est accordée à des risques minimes. La cristallisation des angoisses autour du cancer entrave la lutte contre cette maladie. Bien que sa fréquence soit la même dans tous les continents, on incrimine dans sa genèse l'environnement technologique, la pollution, tout en ignorant les règles de vie qui permettraient de réduire de moitié sa fréquence. Les mythes de l'aliment naturel, du passéisme, du retour à la nature, expriment une hostilité pour le monde moderne alors que le besoin de surnaturel transparaît au travers de la vogue des guérisseurs. Pour comprendre ces attitudes irrationnelles, il faudrait mieux connaître l'esprit humain. Nos jugements, nos actes sont déterminés par des mécanismes où s'imbriquent l'inné et l'acquis et qui sont accessibles à la recherche. La fréquentation des malades apprend que l'un des fondements de la pensée est la nécessité d'oublier la mort ; elle enseigne la puissance, la variété des moyens utilisés pour ignorer cette perspective ou s'en accommoder. L'expérience, c'est-à-dire la confrontation avec le réel, est la grande loi de la vie, celle qui domine l'évolution des espèces ainsi que l'apprentissage et l'éducation. L'examen objectif des faits est, plus que jamais, indispensable pour résoudre les difficultés matérielles, mais l'exigence de lucidité se brise sur l'inacceptable évidence de sa propre fin. Les fois collectives, les coutumes ont dans toute société pour but essentiel d'aider l'homme à accepter sa destinée. La faim, la misère, en focalisant l'attention sur des difficultés immédiates, dissimulaient les problèmes existentiels. Le progrès matériel, la science ont brisé ces cocons protecteurs. Il faut aider l'homme à retrouver un équilibre. L'accroissement des connaissances doit y contribuer.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty