Presses de la Cité (réédition numérique FeniXX)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • CONVOI 42 » est l'histoire d'un groupe de soldats de Diên Biên Phu, capturés le 7 mai 1954, rassemblés en brousse avant d'entreprendre la longue marche qui les mènera, 700 kilomètres au nord, dans le camp « de rééducation par le travail et le repentir ». Il y a « Jo » Allenic, le saint ; Mallier, fragile et dévoué ; Phongue, l'Eurasien fidèle ; Margoz, le légionnaire vaguement anarchiste ; Azam, le gendarme solide ; Norris, l'irréductible. Et les autres, uniquement préoccupés de survivre, lâches ou courageux, la plupart terrorisés à l'idée de la mort. Mais la mort est à la fête. Sur les 400 prisonniers que comporte à son départ le « Convoi 42 », 83 vont disparaître au cours de la longue marche. 250 reposent, à jamais, dans les fondrières de l'effroyable camp « 42 ». Moins de 70 recouvreront la liberté. Quelques témoignages ont été déjà publiés sur les « Camps de l'enfer vert ». Peu d'entre eux ont rendu compte de l'essentiel : la lente dégradation des corps, mais surtout cette transformation morale où la haine des autres, le mépris de soi-même sont autant d'étapes vers le désespoir absolu. Un point de non-retour dont on ne guérit jamais tout à fait. « Jusqu'où peut-on accepter la déchéance pour survivre ? » demandait « Jo ». Lui seul connaît la réponse. On n'invente pas l'horreur ; dans « CONVOI 42 », tout est vrai. Sauf les noms ; les survivants les reconnaîtront. C'est à eux qu'Erwan Bergot a voulu dédier ce récit.

  • Un roman de foi, de courage et de fraternité. Un hommage rendu à un sous-officier cambodgien qui, pour être resté fidèle, est mort sous la pioche des Khmers rouges, ses frères.

  • Cook hurle dans la radio : Attention derrière ! Messerschmitt à six heures ! Mais, ni Peter ni Michael ne semblent l'entendre. Ils continuent à foncer imperturbablement sur les Stukas. Juillet 1940, la Bataille de France vient d'être perdue, et les forces allemandes occupent la majeure partie de l'Europe occidentale. Pour que la victoire du Reich soit complète, un seul bastion reste à réduire, l'Angleterre qui refuse de capituler. C'est par la voie des airs que le premier assaut sera lancé, préludant, en principe, à un débarquement. Dès les premiers jours du mois de juillet, la Luftwaffe, usant de son écrasante supériorité numérique, part à l'attaque des îles Britanniques, s'efforçant, à la fois de détruire les installations vitales du pays, et d'éliminer la Royal Air Force. Mais celle-ci, à force d'obstination et d'héroïsme, résiste à tous les assauts. Soutenue par toute une population, elle tiendra jusqu'au bout, elle tiendra cent vingt jours de bombardements terrifiants et de combats incessants. Et le miracle se produit, qui va changer radicalement le cours de la Deuxième Guerre mondiale.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La 8e compagnie du capitaine Ralph Dewey, appartenant à la 1re armée américaine, est stationnée dans l'épaisse forêt ardennaise. Le premier lieutenant Wildbaker, aux allures aristocrates, le sergent tankiste Blumfeld, le polono-américain Radomsko, le noir Lafleur et le caporal O'Connor, géant irlandais au goût prononcé pour le whisky, s'ennuient. Chacun rêve d'aller fêter Noël aux U.S.A. Leur secteur est calme. Trop calme. Thierry Liotard, correspondant de guerre, envoyé couvrir le front américain des Ardennes, pense, lui aussi, qu'il perd son temps. Il regrette son amie Vic, rencontrée à la Libération de Paris, et le climat des bars parisiens à la mode. Dans le bureau d'Otto Skorzeny, l'Oberleutnant Metzler écoute attentivement les dernières instructions concernant sa mission : saboter les arrières des lignes ennemies en s'infiltrant, accompagné d'un petit groupe de commandos revêtus de l'uniforme américain. Brusquement, dans la nuit du 15 au 16 décembre 1944, à 5 h 30 du matin, un grondement formidable ébranle le sol : des Panzers, suivis de fantassins, surgissent de la forêt. La bataille des Ardennes vient de commencer. Sans relâche, durant des jours, au-delà des limites humaines, la 8e compagnie du capitaine Dewey va se battre. Pour la première fois de sa carrière, au coude à coude avec ces hommes pittoresques et braves, Thierry est contraint de participer au combat. Il est confronté avec la mort. Il découvre la peur, le danger de chaque seconde, le courage du soldat, l'exaltation de la bataille. Le rendez-vous à Bastogne fait de lui un homme conscient du prix de la vie, de ses responsabilités et de son amour profond pour Vic. Une grande fresque d'une époque terrible et passionnée.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Stelle vient d'une lointaine planète, à la recherche de cet amour terrestre dont elle ignore tout. Elle le découvrira, mais repartira dans son paradis galactique en laissant derrière elle un grand besoin de merveilleux.

  • LES ÉNIGMES POLICIÈRES DE L'HISTOIRE : Une collection qui raconte des histoires vraies, faits divers ou drames, qui ont à leur époque défrayé la chronique. 11 - ON A VOLÉ LES JOYAUX DE LA COURONNE : Dans la nuit du 11 au 12 septembre 1792, un vol audacieux est perpétré au Garde-meuble, place de la Révolution : les plus beaux diamants du trésor royal ont disparu. Qui a fait le coup ? On parle aussi bien des partisans de Marie-Antoinette que de Danton. Tous les partis se soupçonnent. On perquisitionne dans les bas-fonds, on lance des policiers aux trousses de Brunswick, le général prussien collectionneur de pierres précieuses. Et les arrestations, elles, se multiplient...

  • Henri Morazé... Cet homme, plusieurs fois millionnaire en dollars, fut le roi de Saint-Pierre-et-Miquelon. Pendant les années de la Prohibition, il fut un des rares Français à oser naviguer sur le « Rum Row » - le fameux « Boulevard du Rhum » - et le long des côtes américaines, les cales remplies à ras bord de caisses d'alcool de contrebande. Pendant des années, nuit après nuit, il risqua sa vie dans de cruelles parties de « gendarmes et voleurs » avec les Cutters des garde-côtes américains et canadiens. Il vit mourir des hommes, couler des goélettes, brûler des stocks d'alcool, mais jamais - pas une seule fois -, il ne fut pris. Ce « gentleman-bootlegger », qui côtoya Al Capone et traita avec les plus fameux gangsters de l'époque de la Prohibition, est aujourd'hui prisonnier sur son île. Les gouvernements des États-Unis et du Canada ne lui ont, en effet, pas pardonné son audace et ses exploits. Interdit de séjour dans ces deux pays, il ne pourrait quitter l'archipel qu'à bord d'un Transall de l'armée française. Le journaliste Freddy Thomelin a rencontré cet homme étonnant. Pour la première fois, au soir de sa vie, Henri Morazé a accepté de parler. Les incroyables souvenirs de ce Surcouf des temps modernes, raviront tous ceux qui aiment la mer, l'insolence et l'aventure...

  • « Le bataillon des condamnés n'aura ni insigne ni fanion ; ses soldats devront gagner avec leur sang et discrètement une "réhabilitation" problématique. » En octobre 1948, des « bagnards », menottes aux mains, certains chaussés des sabots de l'Administration pénitentiaire, sont dirigés vers le camp de Fréjus pour y constituer une unité destinée à l'Indochine. Ce sont des détenus politiques français. Engagé dans des conditions difficiles au Cambodge puis au Sud Annam, le BILOM - Bataillon d'Infanterie Légère d'Outre-Mer - y sera usé, dispersé, décimé. Après une longue enquête, l'auteur a retrouvé des rescapés de cette troupe hors du commun qu'il avait rencontrée sur le terrain en Extrême-Orient. Il retrace d'une plume émouvante les cheminements incroyables de ces « soldats d'infortune ».

  • Des responsables du FLN ont déclaré, à juste titre, que leur guerre a été gagnée en France. Pourtant, les événements dont la métropole a été le théâtre pendant la guerre d'Algérie semblent avoir disparu de notre mémoire collective. Cependant, la période qui va de 1955 à 1962 a été particulièrement sanglante, fertile en faits dramatiques dont les conséquences, loin d'être effacées, sont ramenées au jour avec insistance par l'actualité récente. Porte ouverte à un terrorisme implacable, la France métropolitaine compta pour cette période, 6000 Nord-Africains et 400 Français tués du fait du FLN. S'y ajoutent des milliers de blessés, des destructions et des sabotages considérables. Dans la chronologie des événements politiques et à travers les faiblesses et les ambiguïtés des pouvoirs successifs, à partir de témoignages de participants (policiers, agents du Service Action, harkis, membres du FLN), cet ouvrage publié en 1994 traite de ces années de guerre et de leurs aspects essentiels.

  • L'engagement du 6e bataillon de Paras coloniaux de Bigeard en Indochine, en octobre 1952.

  • Retrace l'épopée, de 1914 à 1918, des as français, allemands, anglais, russes, américains, italiens, autrichiens et belges. Fait revivre leurs caractères, leurs combats, leur existence quotidienne.

  • Destiné à un emploi militaire non conventionnel, le Bataillon de choc et les commandos d'Afrique sont créés en A.F.N. au printemps 1943. Constituées de volontaires, ces deux unités s'illustrent rapidement : libération de la Corse, commandos en Italie, conquête de l'île d'Elbe, débarquement de Provence...

  • Infirmiers, médecins ou aides-soignants, tous ont pour mission, et souvent pour vocation, de soigner leurs malades. Ils veillent sur leurs patients, tels des anges gardiens... jusqu'au jour où, certains d'entre eux, deviennent des anges de la mort. À première vue, elle paraît irréprochable, cette infirmière modèle qui n'est autre qu'une tueuse en série ; au-dessus de tout soupçon, ce généraliste qui fait figure de notable de province, et n'hésite pas à se débarrasser de sa femme ; d'un professionnalisme sans faille, ce médecin expérimenté qui élimine un témoin gênant ; d'une gentillesse légendaire, cet assistant qui supprime, un à un, les pensionnaires d'une maison de retraite. Il est facile de tuer, sous couvert de la blouse blanche, si facile que, parfois, les collègues ne s'aperçoivent de rien. La vingtaine d'histoires présentée ici par le comédien Yves Rénier, nous entraîne aux antipodes du serment d'Hippocrate, parmi des assassins d'autant plus redoutables qu'ils mettent leur savoir-faire au service du crime.

  • Le 11 septembre 1914, la bataille de la Marne était gagnée. Allait-on faire du front français le principal enjeu de la guerre, ou chercher à créer un second front que rendait possible une guerre en passe de devenir planétaire ? Les projets d'opérations

  • Sous l'occupation allemande, cinq mille enfants et adolescents, pourchassés par les nazis, ont été cachés et sauvés par la population d'un village protestant des Cévennes. Ils venaient de toute l'Europe, ils étaient juifs, et leurs parents, pour la plupart, avaient été déportés. L'âme de cette opération de sauvetage fut le pasteur Fontaine : avec l'appui de sa communauté et des villages alentour, il réussit à maintenir son réseau de refuges jusqu'à la Libération. Et même, à envoyer en Suisse les enfants les plus menacés. Les dénonciations, les rafles, les arrestations n'ébranlaient pas sa volonté. Ce fut le triomphe de l'amour et de la vie sur la haine et la mort. Changeant d'identité, recueillis par des familles qui risquaient leur vie pour les protéger, les enfants échoués au Chambon-sur-Lignon refaisaient l'apprentissage de la tendresse - et parfois même du bonheur.

  • A la fin du XVIIe siècle, Louis XIV dépêche une ambassade au Siam, dont le but officiel est la conversion du souverain bouddhiste à la religion catholique, et le but officieux de donner à la France une nouvelle colonie par le biais de l'Eglise missionnaire et s'assurer d'un bastion sur la route des épices.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Ça grouille autour de Times Square, à New York : clients en quête de porno, petites filles juchées sur leurs hauts talons, garçonnets maquillés, marchands de chair et autres monstres. Burke est un familier de la "fosse à purin", il y pêche la vermine. Flic privé ? Un peu. Arnaqueur à l'occasion. Plutôt spécialiste de la survie. Solitaire ? Pas tout à fait. Pour surnager, il faut des amis : Michelle, le travelo intello, qui tapine en rêvant de se faire opérer en Suède ; la Taupe, sorte de gnome rondouillard, capable de vous bricoler un laser ; Max le silencieux, un Tibétain sourd-muet, expert en arts martiaux. Et Flood, un petit bout de femme, qui vous fracture trois côtes d'un coup de poing...

  • Dans le Périgord noir, au cours des années 1920 et 1930, une petite fille cherche obstinément à connaître la vérité sur sa mère, et bouleverse la vie paisible d'un village perdu au milieu des bois. À Miraval, au coeur de la forêt périgourdine, la petite Many, dix ans, grandit tant bien que mal entre un père adoré, tenancier du Cabaret des oiseaux, et une tante avare et revêche, dotée d'un regard à hacher la viande. Mais une ombre plane sur son enfance : qu'est-il vraiment arrivé à sa mère, la belle et fragile Léa, morte quelques années auparavant ? Entre deux escapades dans la forêt, l'intrépide Many file au cabaret paternel, haut lieu de tous les potins du village. Là, elle observe et tend l'oreille. Ce drôle de lutin qui regarde droit dans les quinquets et n'a pas la langue dans sa poche, interroge sans relâche ceux qui l'entourent : la tendre et délurée cousine Charlotte, le châtelain local, mais aussi Jeannot, le jeune garçon qui fait battre son coeur...

  • Met en scène Vincent Meysonnier, ex-commandant d'une armée secrète qui, par le passé défaisait les présidents africains, démantelait les réseaux de terroristes au Moyen-Orient, et qui se trouve obligé de reprendre du service pour une des parties les plus solitaires et les plus difficiles de sa carrière.

empty