• Où est-on mieux qu'au sein de sa famille ? - Partout ailleurs ! aurait enseigné Victor à ses fils, les jours où les hommes Baudouin souhaitaient larguer leurs amarres. Mais le confort du cocon et la force des traditions l'emportaient sur la nostalgie militaire du père, et les rêves de mutinerie de son fils Paul. Les pages retrouvées d'un journal intime, ont permis à l'auteur d'imaginer cette chronique des années 1934-1949 à Sète, comme une mosaïque de regards sur le monde discret et cultivé d'une bourgeoisie huguenote et provinciale. Les tourments et les espérances d'un adolescent à la conquête de lui-même, s'assemblent en un récit nostalgique traité sur un mode ironique, où se mêlent les parfums des colonies, des années de collège, des vacances chez les cousins, aux prises avec la foi, dans les temps troublés de l'Occupation. Un témoignage incisif sur une société dont - en ces années qui furent aussi un tournant du siècle - un des personnages du livre disait que, réchappée des VI et des V2 de Hitler, elle allait sombrer sous le tir groupé des trois V de notre époque : la Vitesse, la Violence et la Vulgarité. On sourit, on rit. Pour autant, ce n'est pas le récit tendre d'une enfance car, au fil des pages, au fil des digressions et des retours en arrière, l'unité de la mosaïque s'impose, l'unité du style aussi, et les souvenirs se font aigres-doux, et l'amertume à l'ironie se joint. On perd en illusion, on gagne en lucidité. L'auteur nous aura prévenus : La vie est un cynique carnaval.

empty