• Paris, rive sombre

    Bourdon Nicolas

    • Bookelis
    • 20 Juillet 2015

    Un jeune étudiant en troisième année de L3 d'Histoire à l'Université de La Sorbonne, Pierre Roubond, vient de subir une déception amoureuse. Ayant beaucoup de mal à s'en remettre, il décide, sur un coup de tête, de faire appel aux forces occultes afin de faire revenir l'être aimé.
    En enclenchant ce processus d'invocation démoniaque, il va se retrouver mêlé, bien malgré lui, à un conflit mettant aux prises différentes parties. En effet, au Royaume des Enfers, des luttes d'influence vont provoquer l'exil d'un démon nommé Marbas, coupable de s'être mis en travers de la route d'un démon plus puissant.
    Coincé sur la planète Terre, en compagnie de l'étudiant, il provoque une réaction en chaîne auprès des nombreuses organisations religieuses et communautaires, officielles et officieuses. Chacune d'entre-elles veut mettre la main sur Marbas, pour l'éliminer ou l'utiliser, sans compter la présence de la police, que les nombreux cadavres produits par ces luttes, ne laissent pas d'intriguer.
    Comme un chien au milieu d'un jeu de quilles, le duo Pierre-Marbas sera tour à tour opposé aux vampires de la Confrérie de Caïn, hommes de main du Royaume des Enfers du grand Belzébuth, à un démon Alrune nommé Talwyn envoyée spéciale de Belzébuth comme joker-tueur de luxe, aux hommes-tigres de l'organisation asiatique de Wang Lao, aux protestants de LUTHER, aux Anges de Miséricorde de la Congrégation pour le Doctrine de la Foi, sans compter une sorcière au double-jeu et la Brigade Criminelle du 36 quai des Orfèvres. Tout se jouera dans les rues de la capitale mais aussi dans ses souterrains et ses monuments historiques.

  • Regroupés sous le thème « Penser les événements », six essais qui abordent le printemps érable 2012 et les différents enjeux qui en découlent sont analysés. En éditorial, Robert Laplante revendique un plan de lecture national audacieux (abonner toutes les bibliothèques du Québec au revues culturelles, entre autres) afin de favoriser et encourager la lecture. Ailleurs dans ce numéro, ­Lettres au fils. Testament spirituel­ (Jean-Philippe Trottier), ­Nationalisme et protection sociale (Daniel Béland, André Lecours) et ­La droite en Alberta­ (Frédéric Boily).

  • En couverture, le dessin automobile, une illustration de Roland Giguère dont le travail typographique est le sujet d'un brillant essai recensé dans ce numéro comme c'est le cas pour l'éblouissement provoqué par l'oeuvre de Gilles Tremblay.

    Dans ce numéro, on observera également la vie et les réalisations de personnages ambigus, lumineux, fragiles, déterminés révélant des pans de notre histoire et de notre culture.

    Les Cahiers de lecture de L'Action nationale ont publié plus de 700 recensions d'essais québécois depuis leur première parution en 2007.

  • Les essais politiques occupent la première partie de ce numéro d'été, en commençant par le livre-choc de Frédéric Bastien, La bataille de Londres, qui lève le voile sur le rapatriement constitutionnel de 1982. Suit Papineau. Erreur sur la personne, ouvrage qui s'applique à rétablir la vérité au sujet de Louis-Joseph Papineau, et, revenant vers notre époque, on découvre les réflexions engagées de Dominique Boisvert, auteur de Rompre! Le cri des indignés ainsi que celles de l'urgentologue Alain Vadeboncoeur dans son livre Privés de soins. La seconde portion de la revue s'articule autour de quelques essais historiques, dont L'apparition du Nord, selon Gérard Mercator, mais offre aussi les comptes-rendus des essais plus personnels de Jean Paré (Le calepin d'Érasme) et d'Yvon Rivard (Aimer, enseigner).

empty