• Dans le 19e arrondissement de Paris, toutes les communautés, religieuses et ethniques, se côtoient au quotidien. Sushis casher, kebabs, restaurant turc, coiffeur juif... Seul Ahmed Taroudant se tient à distance de cette population cosmopolite et se réfugie dans la lecture de romans policiers. Jusqu'au jour où il découvre le corps de sa voisine assassinée...

  • N'appartenir, ou quand la colère se fait salvatrice et pleine d'humour... Né d'un père mauritanien, diplomate et musulman et d'une mère française, assistante sociale, professeure, athée et féministe, Karim Miské est une bizarrerie aux yeux de ses contemporains : une « tête d'Arabe avec des manières de Blanc ». Sans cesse ballotté entre toutes ses identités, il fera le choix de n'en accepter aucune.
    Cocasse, enlevé, généreux, provocateur et nécessaire, N'appartenir est un cri de liberté, à la fois récit d'un parcours atypique et radioscopie de la complexité du monde.

  • Pas facile de trouver l'amour quand on est un jeune flic. Kévin Gomes ne se remet pas de celle qu'il appelle encore « sa » Rachel. Foutu Blade Runner. Foutu baiser sur la joue. Amère science des femmes. Aujourd'hui, au pied d'un immeuble des Buttes-Chaumont, sous une pluie incessante, il se remémore la façon dont elle lui a brisé le coeur. Et voilà qu'il faut intervenir sur un cas de suicide. Décidément la période n'est pas à la fête. Et on est loin d'imaginer qu'en discutant avec la fille d'un homme qui vient de mettre fin à sa vie les choses pourraient en être autrement. Pourtant...

  • Alors qu'il est âgé de seulement huit ans, Karim Miské accompagne sa mère en Albanie. Le pays est alors sous l'emprise de l'une des plus effroyables dictatures communistes. L'enfant ressent un malaise indéfinissable pendant tout son séjour, mais il n'en découvrira la raison qu'une fois devenu adulte... Une expérience terriblement brutale, qui fonctionnera comme un détonateur : persuadé de la méchanceté intrinsèque de l'humanité, il commence à écrire des romans policiers. Afin de " contempler le mal pour apprendre à vivre avec, tant il serait illusoire de prétendre l'éradiquer. "

  • Ce roman graphique est avant tout un cri de colère : celui d'un enfant qui entend son grand-père le traiter de « bâtard ». Sa réponse ? Ce témoignage mis en images et en couleurs par un autre révolté, familier et complice de l'univers de Karim Miské : Antoine Silvestri. Né d'un père mauritanien, diplomate et musulman et d'une mère française, assistante sociale puis professeure, athée et féministe, Karim Miské est une bizarrerie pour les autres : une « tête d'Arabe avec des manières de Blanc ». Écartelé entre des univers différents ainsi qu'entre la France et la Mauritanie, auxquelles s'ajoute l'Albanie, Karim Miské s'est trouvé un navire pour traverser l'existence : la littérature.

empty