• Jours de glace

    Maud Tabachnik

    Des trombes d'eau. Un vent infernal. En quelques minutes, la petite ville de Woodfoll dans le grand Nord canadien est balayée par une tempête d'une violence inouïe. Plus d'électricité, plus de téléphone, un paysage de fin du monde.
    Comme le reste de la région, la prison de haute sécurité n'a pas résisté à l'ouragan. La panne électrique a ouvert les portes, libérant quatre tueurs, parmi les pires de leur espèce, des violeurs, pédophiles et meurtriers récidivistes qui se retrouvent dans la nature.
    Quand des cadavres sont retrouvés, sauvagement mutilés, les soupçons se portent forcément sur les évadés. Mais sont-ils les vrais coupables de ces atrocités  ? Lou Grynspan, ancienne profileuse de la police du Québec, mène une enquête aux frontières de la raison. Un voyage au bout de l'enfer qui va hanter ses jours et ses nuits...
     

  • Jeux de dupes

    Maud Tabachnik

    Détesté par sa femme, méprisé par sa fille, Abbot ne trouve du réconfort que dans l'écriture. Il vient de terminer un roman qu'il s'apprête à envoyer à un éditeur. Mais un jour, l'impensable se produit  : il oublie son manuscrit dans un taxi. Et quelques mois plus tard, le livre est publié sous le nom d'un autre et devient un best-seller  !
    Qui est l'usurpateur  ? Comment dénoncer son imposture  ? Abbot retrouve sa trace et entre à son service en devenant son secrétaire particulier. Il le suit même jusqu'en Californie, où les droits du livre viennent d'être vendus à Hollywood.
    Progressivement, la fascination d'Abbot pour celui qui a aussi facilement endossé sa création se mue en une haine irrépressible. Mais s'il l'élimine, son oeuvre risque également de passer aux oubliettes. À moins que  ? Pour se venger, Abbot commence à enclencher une formidable machination...
     

  • Un chien et Simon, son homme, ont la même opinion pessimiste et désabusée du monde, aussi préfèrent-ils ne pas le fréquenter.
    Un matin, ils croisent sur leur chemin cinq jeunes gens qui s'aiment d'amour et de désespoir et multiplient cambriolages et mauvais coups. Simon s'attachera à eux, négligeant la réprobation de son chien.
    Il décide sans les juger de partager leur quotidien, et traverse avec eux des territoires que l'on croirait perdus.
    Mais il ne fait pas bon se mettre en dehors des rails pour choisir la liberté quand on est un voyageur du doute...

  • Lancé dans la traque d'un insaisissable psychopathe, le lieutenant Boris Berezovsky se retrouve pris au piège de son passé. Ou plutôt du passé de son père Vladimir, un juif russe échappé de l'enfer stalinien et devenu citoyen américain, qui se dit menacé par des services secrets étrangers. Boris découvre alors avec stupeur que Vladimir entretenait d'excellentes relations avec la bête noire de Poutine, son neveu Boris Berezovsky (homonyme de son fils), le célèbre oligarque, prétendument « suicidé » à Londres.Tandis que le meurtrier continue de sévir en toute impunité, Boris se plonge dans sa propre histoire, cherchant qui, de la mafia russe locale, du MI5 ou du FSB cherche à liquider son père. De la folie urbaine ordinaire aux spectres de l'Histoire soviétique et ses tragédies, un suspense aussi musclé que vertigineux de Maud Tabachnik, la plus américaine des auteurs français de polar.

  • À quarante ans, après la mort de sa mère, Merryl réalise enfin son rêve : quitter son pays de Galles natal et prendre la route à bord d'un camping-car. Mais ce qu'elle découvre n'est pas la liberté, plutôt l'injustice et la brutalité des hommes. Prise dans l'engrenage de la violence et de ce qu'elle croit être la légitime défense, Merryl devient la criminelle la plus recherchée du royaume. Mais comment l'inspecteur Milland, ex-star de Scotland Yard, pourrait-il imaginer, en remontant une route jonchée de cadavres, que cette folie meurtrière est l'oeuvre d'une femme ?
    On retrouve l'univers sombre et la puissance psychologique de l'auteur du Cinquième jour dans un road movie atypique et paranoïaque. Du grand art.

  • New York, la ville la plus parano du monde, cadre d'un combat impitoyable entre Stan Levine, un flic de choc sûr de lui, et un tueur diabolique qui cherchera à l'entraîner dans sa propre folie.
    Que peut la raison quand elle est confrontée à ce qu'il existe de plus archaïque dans la nature humaine ?
    Un rythme tendu, des dialogues percutants pour un voyage au bout de l'enfer. Avec Maud Tabachnick, pas de quartier.
    Le mal est à notre porte. Il a déjà frappé.

  • Dans la nuit du 29 juin 1946, la petite colonie juive de Yagour, près d'Haïfa, est réveillée par des soldats britanniques à la recherche d'immigrés clandestins. Un officier vient saisir les armes et arrêter les récalcitrants. Opération brutale, répétée dans plusieurs kibboutz de Palestine mandataire...Quelques mois plus tard, à Lyon, Serge Menacé, fils de déportés, prend contact avec l'abbé Glasberg, fondateur de l'Amitié chrétienne venue en aide aux Juifs pendant la guerre, pour lui confier une mission délicate. Il s'agit d'obtenir du ministère de la Marine l'autorisation d'embarquer plus de 4 500 rescapés des camps à bord d'un navire affrété en port de Sète par la Haganah - l'armée juive clandestine -, avec le soutien financier d'associations américaines. Son nom : le President Warfield, bientôt rebaptisé Exodus. Destination : la Terre promise, au défi des quotas imposés par les Britanniques, qui ont fixé à 1 500 les certificats d'entrée pour l'année 1947...Étayé par une documentation historique précise, ce roman à suspense raconte l'épopée de l'Exodus : l'une des aventures humaines qui résume le mieux le courage d'entreprendre et la volonté de vivre.

  • Anton Strübell est un ancien cadre nazi vivant paisiblement, comme un riche aristocrate, sous la protection du gouvernement syrien. Son fils, élevé dans l'idéologie national-socialiste, vient recueillir ses abominables mémoires pour les diffuser sur Internet. Il va progressivement évoluer devant ce père prosélyte et sans remords. Rapatrié en Allemagne suite à un problème de santé, Anton Strübell sera sauvé par le docteur Klein et devra affronter la mémoire de l'Histoire.

  • Quand Sandra Kahn l'intrépide journaliste du San Francisco Chronicle débarque en Arizona pour y retrouver la trace d'une fille de milliardaires disparue, elle ne se doute ni de la bande de cinglés qui lui sert de nouvelle famille, ni des retrouvailles dans des circonstances dramatiques avec son meilleur ami Sam Goodman, le flic le plus chic de Boston. Au milieu du désert de Sonora, en pleine tempête de sable, leur course poursuite prend des allures d'apocalypse...Maud Tabachnik invente le thriller western. Un détonant « road movie » qui mène droit vers l'enfer, celui des hommes qui n'ont d'humain que le nom, pour qui la vie d'autrui n'est qu'un bien à troquer. « Maud Tabachnik défie définitivement les maîtres du genre sur leur propre terrain. Celui de la noirceur la plus profonde. Maud Tabachnik, c'est une Connolly au féminin. Du grand art. » Elle

  • Ciudad Juarez, un million trois cent mille habitants. Ville frontière entre Mexique et États-Unis. Cité sans âme livrée au crime, à la drogue et à la violence des mafias. Sandra Khan, journaliste au San Francisco Chronicle, se retrouve confrontée à un monde où la peur et l'indifférence servent de terreau à l'inhumanité. Conviction et courage seront ses armes pour tenter de comprendre pourquoi des crimes abominables sont perpétrés contre des centaines de jeunes femmes sans que, depuis plus de dix ans, les autorités aient réussi à identifier les assassins ou leurs commanditaires. Mais Sandra n'en sortira pas indemne. Car personne ne peut regarder le Diable en face sans se brûler.
    Avec cette nouvelle enquête de Sandra Khan, Maud Tabachnik, après Douze heures pour mourir, nous entraîne une fois encore dans la terrifiante actualité du monde. L'énigme de Ciudad Juarez fascine autant qu'elle révolte pour une raison aussi aberrante que simple : les femmes y meurent parce que nées femmes.

  • " Roman d'atmosphère, avec accumulation de cadavres et analyse psychologique d'un fou méticuleux et insoupçonnable – du moins jusqu'à ce que sa témérité le perde... " Témoignage chrétien

    " Quelle ivresse, comme il est normal que les religions interdisent le meurtre.

    Ne peut être Dieu qui veut.

    Il ferme les yeux, soupire et se lâche. Sa main remonte la fermeture Éclair de son pantalon.

    Il est bien. Passe dans le cabinet de toilette se rafraîchir.

    Revient dans sa pièce, attrape le plateau où s'est refroidie la purée et entre dans la chambre de sa mère.

    - Maman, à table !

    Rien ne tressaille sur le visage de l'infirme.

    Il s'installe à ses côtés et lui tend la cuillère.

    - À toi. "

    Sam Goodman (cf. Maud Tabachnik,
    Un été pourri, Éditions Viviane Hamy, 1994) est en mission à Paris. Des crimes odieux font régner la terreur et mettent le quai des Orfèvres sur les dents. Petit à petit un chantage à l'échelle nationale se transforme en un bras de fer entre deux individus : le " Fou à la bombe " et le flic juif américain.

  • Le sang de Venise

    Maud Tabachnik

    Avril 1575. Derrière les murs du Ghetto de Venise vit enfermée la communauté juive de la ville. Le cadavre d'un enfant est découvert près d'une de ses portes. Aussitôt, attisée par un moine franciscain fanatique, naît la rumeur de crimes rituels. Venise la rebelle voit là une occasion de satisfaire les exigences de Rome qui, depuis longtemps, lui ordonne de se débarrasser de ses Juifs. Une femme, Rachel da Modena, va se dresser contre les intérêts de la République, les préjugés, la haine et tenter de découvrir le tueur fou qui terrorise la ville. Seule, contre les siens que la liberté d'esprit effraie, contre ceux qui veulent la perte de son peuple, mais grâce au soutien d'une descendante du doge Gritti qui l'a prise en amitié, elle va combattre pour qu'éclate la vérité. Dans Venise la perfide, Venise la folle, Rachel risque sa vie comme son honneur.

  • Cauchemar à New York : dans le Queens, un groupe armé se réclamant de l'armée de libération Al Qods menace d'exécuter le soir de Noël vingt-six enfants et leurs professeurs de l'école juive du Mont des Oliviers si on ne libère pas les terroristes du 11 septembre.
    Il reste douze heures pour... mourir ou éviter le pire. En une nuit va se déployer tout ce que le pays compte de forces armées, policiers et militaires, avec à leur tête le Président et le maire de New York, pour tenter de négocier.
    Et pourtant, malgré le cauchemar et la haine, le lieutenant Charlie Rozen, le flic qui n'y croyait plus, va connaître sa plus belle histoire d'amour.
    Cette nuit de Noël, il va éprouver ce qui de tout temps a habité le coeur des hommes : le besoin d'aimer et l'envie de tuer.
    Sur fond de terrorisme international, un thriller qui mêle puissants et anonymes, victimes et terroristes, témoins et héros du quotidien, signé Maud Tabachnik, l'auteur du Cinquième Jour et de Mauvais Frère.

  • Sale affaire pour le lieutenant Rowland : le cadavre sous le pont n'est pas celui d'un inconnu. Et les causes de la mort ont de quoi faire la une des tabloïds à succès.Les médias sur les dents, les autorités de Boston en alerte rouge... un suspense à haut risque signé Maud Tabachnik.Cette nouvelle a paru dans le magazine ELLE en 2003.Temps de lecture estimé : à partir de 30 minutes.

  • Une vague d'attentats perpétrés à travers le monde terrorise les populations. À New York, Paris, Londres ou Tel-Aviv, la menace est partout, prête à jaillir des ténèbres pour répandre sang et panique dans les rues. Mais à qui profite le crime ? Aux extrémistes islamiques ? À quelque groupuscule de forces occultes ? Et qui mène la danse : humain ou être hors du commun ? Quoi qu'il en soit, les gouvernements occidentaux l'ont décidé : il faut que cela cesse... et au plus vite ! Espions : israélien, français, anglais et américain, une femme et trois hommes, vont unir leurs efforts et mener l'enquête. Investigations dangereuses qui, à tout moment, peuvent entraîner l'un d'eux vers la mort... ou ensemble. Où cela les mènera-t-il ? Dans les méandres des sectes, du terrorisme et de l'Islam... ou bien, en Enfer ?

  • Francis O'Mara a tout perdu. Sa fille adorée, la chair de sa chair, sa fierté, sa raison d'être, lui a été brutalement enlevée. Francis se fait alors le serment de retrouver le meurtrier pour venger sa fille. Dans le fond de la nuit, au milieu d'un océan glacial, déchaîné, les vents de l'Enfer entendent sa promesse...

  • "Un brusque coup de vent, incompréhensible par sa fraîcheur et sa violence, le ranima. Il ouvrit les yeux et vit avancer sur lui une armée de chênes énormes, pendant que sur la façade, les volets claquaient rageusement, la porte s'ouvrait seule en grinçant sur un gouffre noir. Le vent cessa brutalement de souffler. Le maigre croissant de lune fut avalé par une nuée funèbre, et Sandor, anéanti par ces ténèbres démoniaques, entendit la maison rire d'inhumaine façon tandis que passaient sur son corps les lourds troncs de l'armée des arbres."

    Dans un recueil de nouvelles noires et cinglantes, Maud Tabachnik nous livre un état de notre monde dans ce qu'il a de plus insaisissable.

  • Une cascades d'attentats meurtriers secoue les capitales occidentales. La panique gagne les populations. Services de renseignements, autorités politiques et militaires semblent frappés d'impuissance. Nul ne comprend d'où viennent les coups, qui les diriges, quel est le but recherché.
    Après un bref flottement, l'Occident se ressaisit. Dans chaque pays des cellules de crise siègent sans interruption. Les dignitaires du contre-espionnage se mobilisent et découvrent que les attaques obéissent à un plan minutieux de déstabilisation de la planète. Le terrorisme internationale s'est fédéré autour d'une figure mystérieuse qui a décrété la mort des grandes démocraties.
    Frappées de plein fouet, les nations vacillent... Mais des agents de Paris, Londres, Tel Aviv et Washington relèvent le défi. Enquête et reconquête s'enchaînent alors sur un rythme haletant. Tous les coups sont permis, toutes les trahisons, toutes les violences.
    Maud Tabachnik, qui se place parmi les valeurs sûres du polar français, signe, avec les cercles de l'enfer, un thriller spectaculaire. Aventure et suspens sont au rendez-vous. Attention danger : le délire mystico-politique est contagieux.

    Couverture: illustration Valérie Gautier
    ©Frédérick Morellec/Flammarion

  • " Son écriture a du souffle, ses personnages féminins du cran et ses intrigues tiennent la route. 100% explosif ! " Le Figaro

    Aaron Mayerson, installé à Troyes, doit polir le diamant que la République de Venise offre au roi Philippe le Bel, pour en faire son allié contre Gênes. Après une nuit de tempête, on découvre sur les terres du lapidaire juif le cadavre torturé du Templier Agnetti chargé de transporter la pierre, qui demeure introuvable.

    Rachel Mayerson parviendra-t-elle à empêcher le piège de se refermer sur son père ? Jean le Pieux, le bâtard fanatique – bailli du comte de Champagne –, aura-t-il raison de ses ennemis jurés, les Juifs et les Templiers, dont les destinées semblent mystérieusement proches en cette année 1306 ?

    La presse a relevé la proximité du style de l'auteur avec celui des grands écrivains du roman noir américain.
    L'Étoile du temple révèle une facette inédite de son talent, ainsi que le couple Rachel et Salomon, des personnages que l'on n'oublie pas.

  • " L'auteur brave tous les interdits, nous offre des scènes très chaudes dans un Boston enflammé et nous fout la trouille toutes les deux pages. C'est le thriller type que l'on ne peut plus lâcher la première page tournée. " Bertrand Arbogast, L'Écho républicain

    98° Fahrenheit. Boston suffoque. Des hommes sont égorgés et émasculés. Un flic beau gosse, perturbé par les femmes et sa
    yiddishé mamè, mène une enquête aveugle.

    Maud Tabachnik signe avec
    Un été pourri un thriller où la tension et l'angoisse ne se relâchent jamais. Et donne naissance à un détective dont le nom sonne comme un piège : Goodman.

  • " Pour notre bonheur, la modernité héroïquement déglinguée de Maud Tabachnik réveille le souvenir de Dashiell Hammett et de Chester Himes. " Le Point

    Frontière du Mojave : Boulder City, le " trou du cul du Diable " comme disent les Indiens. Là ont disparu, sans laisser de traces, des familles entières de touristes qui se rendaient à Las Vegas.

    La police locale et le FBI ont effectué des recherches, mené l'enquête : rien.

    Sandra Khan, envoyée spéciale du
    San Francisco News, s'empare des dossiers.

    Un chien sans maître, une poupée rendue par le sable, le désert implacable... Angoisse et terreur vont crescendo parmi les habitants, réveillés tels des serpents après la digestion, qui se liguent pour faire tomber l'étrangère et protéger l'un des leurs.

  • D'emblée, l'enquête du lieutenant Goodman s'avérait impossible. Le tueur pouvait violer et mutiler ses victimes ou se limiter à les scalper. Question d'inspiration... Ses proies, il les préférait blondes, jeunes et paumées. Comme une de ses premières victimes, la nièce du maire de Boston...
    Entre un supérieur black et antisémite qui veut sa peau, sa yiddish mamma qui ne veut pas le lâcher, la femme de sa vie qu'il vient de rencontrer et cette série de crimes sans indices ni mobiles, le plus célèbre flic de Boston (Un été pourri, La mort quelque part, Gémeaux), pour qui humour et élégance vont de pair, n'est pas prêt à affronter la pire des folies : celle qu'on ne soupçonne pas parce qu'elle rôde trop près de soi. Pourtant, son vieil ami Archie qui adore philosopher l'a prévenu : « C'est parce que le monde tourne à l'envers, Sam, qu'il se casse la gueule. »
    Un rythme à couper le souffle, des dialogues au cordeau : un thriller infernal de l'auteur du Cinquième jour (Spécial Suspens, Albin Michel).

  • « Yannick ferma les yeux sous l'effet de la peur. Il sentit un choc sourd dans la poitrine et culbuta sur le sol en criant. » Dans les brumes écossaises, un petit village surplombe les eaux du Loch-Ness. Tout a l'air tranquille. Trop tranquille ! Pourtant, le château dressé sur la lande est le théâtre de disparitions inexpliquées... Malgré l'hostilité des habitants, Le Furet décide d'en savoir plus. Mais le monstre qu'il va réveiller est bien plus dangereux que celui du Loch-Ness.

empty