• Comment vivre avec la mort d'un enfant ? Dans ces pages empreintes d'émotion Plutarque, dont deux fils sont déjà morts, invite son épouse à surmonter le chagrin de la perte de leur fille de deux ans avec une constance et une sobriété admirables. Plus qu'une simple compassion, la consolation antique se présente comme un exercice spirituel : une exhortation à la maîtrise de soi. Cette nouvelle traduction est l'occasion de redécouvrir cette perle de la littérature qui n'a d'égale que les célèbres Consolations de Sénèque. Préface de Maxime Rovere.

  • Plutarque était prêtre d'Apollon à Delphes lorsqu'il écrivit les Dialogues pythiques. L'E de Delphes cherche à expliquer la présence d'un Epsilon - qui était à l'origine une offrande en bois - dans le sanctuaire d'Apollon.
    Pourquoi la Pythie ne rend plus ses oracles en vers s'attache à comprendre le passage, dans les oracles que rendait la prophétesse d'Apollon, de la forme poétique à la prose.
    Les interlocuteurs de La Disparition des oracles proposent différentes explications de la raréfaction des oracles à l'époque de Plutarque.Traitant tous trois de la divination, qui était un élément fondamental de la religion grecque, ces dialogues promeuvent et défendent une certaine conception de la divinité et de la providence. À jamais associés à la fin du paganisme antique par le récit de la mort du grand Pan, ils touchent tant à la philosophie et à la théologie qu'à la cosmologie, à l'anthropologie, à la physique, à l'arithmétique et à la théorie de l'âme.
    Plutarque, philosophe et prêtre d'Apollon, y indique les limites du savoir et de la justification rationnelle sans pourtant cesser de les pratiquer.

  • « On ne tire aucun avantage de la fortune de ses amis, et l'on se trouve enveloppé dans leurs disgrâces. »
    Plutarque
    « On voudrait que le lecteur fût d'abord sensible à cela : l'atmosphère amicale, la parole circulante, les rires, les emportements et les apartés, peut-être les clins d'oeil, peut-être le cratère, la grande coupe dans laquelle on mélangeait le vin, qui silencieusement passe de main en main. Toutes choses qui sont un peu plus que les circonstances environnant la parole ; car ces choses-là, en un sens, sont au coeur de cette parole, au coeur des débats, puisqu'il y est notamment question d'amitié et que l'amitié trouve dans ce rituel l'une de ses expressions et l'un de ses lieux privilégiés. »
    Vincent Delecroix

  • «La continuité de l'emportement et l'habitude de souvent se choquer déterminent dans l'âme la situation mauvaise qu'on appelle colère, et qui dégénère en débordement de bile, en amertume, en aigreur intraitable. C'est alors que l'âme ulcérée s'irrite des plus petites choses, et cherche querelle à propos des premiers griefs venus. On dirait un fer mince et sans force, qui cède à la plus légère déchirure. Mais si dès l'origine, le jugement lutte contre la colère et la dompte, non seulement il remédiera au mal présent, mais il rendra l'âme désormais vigoureuse, et cette passion ne l'attaquera plus que difficilement.Pour me citer moi-même, il m'est arrivé, après avoir résisté à la colère en deux ou trois circonstances, d'éprouver ce qui arriva jadis aux Thébains. Une première fois que ceux-ci eurent repoussé les Spartiates, réputés invincibles, ils ne furent plus jamais vaincus par eux dans une seule rencontre. Pareillement, je pris la ferme résolution de croire que je pouvais triompher de la colère avec l'aide du raisonnement.»Plutarque

  • Dans ce petit traité, le Béotien Plutarque (46-125 après J.-C.) adopte un ton enflammé pour dénoncer la frayeur des superstitieux devant les dieux. Le mot grec pour « superstition », littéralement « crainte des daimônes », est un mal dont la Grèce souffre depuis longtemps, mais il a été poussé à son paroxysme par la propagation des cultes étrangers. En observateur amusé, Plutarque traque les « divagations » du comportement humain et témoigne de scènes aberrantes : un malheureux, assis par terre devant sa maison, tremble de se croire l'objet de la colère céleste ; un autre se roule tout nu dans la fange et confesse à haute voix des fautes imaginaires, etc. S'opposant violemment à Epicure, il dénonce à l'occasion avec virulence un mal encore plus grave à ses yeux : l'indifférence de l'athéisme, pour prôner la piété raisonnable et éclairée du philosophe. L'édition a été établie d'après le traité 14 de l'édition allemande de Teubner (1925), qui reprend elle-même le traité 21 des oeuvres de Plutarque compilées par le moine byzantin Maxime Planude (XIIIe siècle).

  • Jules César

    Plutarque

    http://www.numilog.com/package/extraits_audio/ab59304.wma



  • « Antoine, après la mort de son père, fut élevé par Julie sa mère, qui s'était remariée à ce Cornélius Lentulus que Cicéron fit mourir comme complice de Catilina. »

    Plutarque

  • Vida de César

    Plutarque

    La vida y el destino del lider militar y politico Julio César.

  • Dans l'oeuvre de Plutarque se reflètent les sources pythagoricienne et platonicienne de la pensée grecque. Moraliste prolixe, il aime répondre à des demandes de conseils en mettant en forme un certain nombre de constats sur la vie des hommes qui l'entourent, appuyés sur des considérations philosophiques personnelles ou empruntées à d'autres. Dans ces conseils transparaissent des valeurs à défendre dans la vie privée ou bien dans l'engagement de l'homme dans la vie publique. La tranquillité de l'âme ne peut s'obtenir que dans le cadre d'un savoir-vivre qui ne diffère guère d'un bien-vivre, d'une vie bonne, vertueuse, qui consiste à savoir trouver sa place dans la nature.
    La collection « Savoirs » présente des textes qui sont la rencontre d'une oeuvre de savoir - individuelle ou collective - et d'un auteur qui se propose d'en être le commentateur et l'interprète. Une préface et une analyse viennent apporter les éclairages indispensables et en assurer une meilleure compréhension.
    Docteur en sciences du langage de l'EHESS, Claude Le Manchec est formateur et a publié plusieurs essais sur l'enseignement de la langue et de la littérature.
    Mots-clés : affaires, fortune, monde, nature, substances invisibles, sérénité, vertu.

  • Cet essai, qui relève d'une forme de philosophie pratique, a connu un grand succès à partir de la Renaissance en raison de sa manière souvent originale d'aborder la question éducative. Jugée nécessaire, y compris pour les enfants du peuple, l'éducation prépare l'homme à ses futures responsabilités. Son but étant la liberté de l'homme soumis à rien d'autre qu'à sa raison, non à ses passions ou à un autre être dont il serait l'esclave, l'éducation vise à installer l'être humain dans la vie active, en évitant la mollesse et les plaisirs, tout autant que les mauvais traitements.

    La collection « Savoirs » présente des textes qui sont la rencontre d'une oeuvre de savoir - individuelle ou collective - et d'un auteur qui se propose d'en être le commentateur et l'interprète. Une préface et une analyse viennent apporter les éclairages indispensables et en assurer une meilleure compréhension.

    Docteur en sciences du langage de l'EHESS, Claude Le Manchec est formateur et a publié plusieurs essais sur l'enseignement de la langue et de la littérature.

    Mots-clés : éducation, éloquence, exercice, nature, philosophie, raison, vertu.

  • Romulus

    Plutarque

    Quand Romulus eut fondé Rome, il ouvrit un asile aux étrangers venus en masse, et bientôt, il en fit une grande armée de combattants. Comme les soldats manquaient de femmes, il en demanda par ambassadeurs aux villes voisines. Sur leur refus, il feignit de célébrer des jeux en l'honneur du dieu Consus. Une multitude de spectateurs des deux sexes s'y rendit ; et sur un signal de Romulus, les jeunes filles furent enlevées. Les nations alentours déclarèrent alors la guerre à Rome en représailles à ces enlèvements. Les femmes que les Romains avaient enlevées s'élancèrent au milieu de la mêlée, supplièrent, d'un côté leurs pères, de l'autre leurs maris, de se réconcilier, et obtinrent enfin la paix. Rome échappa ainsi à une guerre qui aurait pu l'anéantir...

  • Vie de César

    Plutarque

    Une biographie incontournable de Jules César dans laquelle Plutarque aborde différentes facettes du personnage historique, de ses aptitudes remarquables sur les champs de bataille à son art des relations en société.

  • Sur l'Éducation des Enfants

    Plutarque

    "Il faut amener les enfants à la pratique du bien par des exhortations, des paroles, et non pas, grands dieux ! par des coups et des mauvais traitements" Plutarque. 
    Alors que les pages qui suivent furent écrites à une époque où l'enfant ne jouissait pas du même statut qu'aujourd'hui, ce traité sur l'éducation se révèle d'une modernité surprenante. Il y est ainsi question, à titre d'exemple, du rôle central joué par les mères dans l'éducation des enfants, de même que le rejet de la violence paternelle qui n'est pas favorable à leur développement.

  • http://www.numilog.com/package/extraits_audio/ab59300.wma

  • Plutarque s'interroge, s'émerveille, devant ce qu'il appelle le courage, la raison ou le plaisir, qui permet à l'homme de tuer puis de manger des animaux. En somme, la question qu'il pose peut s'énoncer de la manière suivante : comment l'homme peut-il jouir de manger de la chair ? Cette question n'est plus religieuse, mais proprement morale. Elle ne concerne plus seulement un certain ordre du monde, un partage entre les animaux, les hommes et les dieux, mais un ordre de la moralité, lié à l'évolution des cultures et des mentalités.

  • Récit documenté aux meilleures sources, aux fins d'éclairer les citoyens et les historiens sur le caractère, les pensées et les desseins d'un président de la République. Ce portrait intime et équitable, reste cependant une oeuvre de fiction. Même si l'auteur n'appartient pas au monde littéraire.

empty