• Pas une âme à Chinook ne pourrait s'offrir un appartement au Buffalo Mountain Resort, complexe immobilier de luxe au pied des Rocheuses. Même pas le petit studio avec vue sur le parking et le toit du casino. D'ailleurs, personne dans la réserve n'y songe. Tous savent que seuls les riches citadins blancs en mal de nature ou de jeux d'argent pourront se le permettre. Ce projet apporterait du travail aux Autochtones mais, soucieux de préserver leur culture, les activistes des Aigles rouges s'y opposent. DreadfulWater sait tout cela quand le shérif l'appelle pour prendre les photos d'un mort retrouvé dans un appartement-témoin, mais il refuse d'emblée le coupable tout désigné. Il faut dire que si DreadfulWater a abandonné la Californie et son insigne de flic pour une vie solitaire et peinarde, il n'en a pas oublié pour autant les vieux réflexes du métier. D'autant qu'il aime Claire et que, parce qu'elle le lui demande, il est prêt à reprendre du service. Mais à sa manière, un poil iconoclaste et décalée... Au risque de ne pas se faire que des amis et de devenir, aux yeux de beaucoup de monde, «un Indien qui dérange».

  • Un roman aux multiples facettes, aux personnages attachants, puisant dans la culture amérindienne et la proximité de la nature les remèdes aux blessures causées aux hommes et à leur environnement par la férocité du capitalisme. Une catastrophe écologique provoquée par la multinationale Domidion lors de la construction d'un oléoduc élimine toute forme de vie dans l'océan près de Samaritan Bay, sur la côte de Colombie-Britannique, et fait des victimes parmi les autochtones de la réserve voisine qui jadis accueillait la migration annuelle des tortues, des oiseaux et des touristes. Les deux personnages principaux du roman sont les responsables de cette catastrophe et vont chercher leur rédemption, chacun à sa manière. Le chercheur Gabriel Quinn, scientifique génial qui a mis au point le défoliant mortel GreenSweep, puis lutté contre sa mise en vente, dévoré de culpabilité, vient s'installer secrètement dans la réserve polluée, d'où est originaire sa propre mère, dans l'intention de se suicider. Il y rencontre des survivants qui vont lui redonner goût à la vie : Mara Reid, peintre ayant grandi sur la réserve, dont la sexualité décomplexée initiera Gabriel ; Nicholas Crisp, sage et coloré doyen des lieux ; Sonny, jeune maître des tortues, collectionneur d'objets vomis par la marée. Dorian Asher, le PDG de Domidion, narcissique et attachant à la fois, ne lit rien, n'aime pas les Arts, est même indifférent à la procédure de divorce instruite par sa femme. Il tente d'oublier un nouveau scandale écologique qui s'annonce (cette fois-ci dans une rivière de l'Alberta) en fuyant dans de luxueux hôtels, savourant sa solitude et avec pour unique obsession le choix de sa nouvelle montre... Gabriel et Dorian ne se reverront pas mais, liés par le désastre, ils connaîtront des sorts inattendus. La femme tombée du ciel est un livre à l'humour satirique dévastateur. Thomas King use habilement des traditions amérindiennes pour mieux faire ressortir la monstruosité de l'homme contemporain vis-à-vis de son environnement : le lobby des armes, l'industrie chimique, l'agriculture à haut rendement, le capitalisme sont férocement critiqués tout au long de ce roman foisonnant et engagé, baigné d'une lumière poétique des origines, indispensable et guérissante. Prix du Gouverneur général en 2014, le plus prestigieux du Canada

  • Fragments d'un monde en ruine Nouv.

    Premier recueil de poésie du grand écrivain autochtone Thomas King
    Traduit par Jonathan Lamy

    Résumé
    Thomas King signe un premier recueil de poésie. Soixante-dix-sept fragments où alternent mythes réactualisés, commentaires politiques, tranches de vie et traits d'humour. Le tout porté par la puissance tellurique et le style iconoclaste de ce grand écrivain autochtone.

    Extrait
    Quand je me sens frustré,
    je vais à la rivière
    lancer des pierres
    dans l'eau.
    Je suis comme ça.
    D'autres bombardent des villes.

    Point de vue de l'auteur
    77 fragments. Avril 2020, j'ai eu 77 ans. Le chiffre 77 représente à mes yeux une sorte de jumeau car il réunit deux nombres premiers. L'histoire iroquoienne de la création évoque les jumeaux. J'ai joué avec le concept de jumeaux dans mes écrits.

    Un monde en ruine. La ruine interroge la vie que nous vivons, ce monde dans lequel nous sommes. Je n'essaie pas d'amener des réponses à cette question. Je laisse au lecteur la liberté de les trouver lui-même.

    L'action par l'écriture. Militant, je n'aimais pas être au front, dans la mire des armes. Je l'avoue, honnêtement, je n'étais pas très doué pour ça. Ça me fait peur. L'écriture me permet d'être plus direct. Je peux prendre mon temps avec ce que je veux dire et m'assurer de le dire de la manière qui aurait le plus d'impact. Donc, je milite par l'écriture. J'arrive à mieux saisir le monde avec la fiction, la non-fiction et la poésie. Je peux en faire ce que je veux et je suis beaucoup plus heureux.

    L'auteur
    Thomas King, né en 1943, est l'un des plus grands intellectuels et écrivains des Premières Nations. Romancier, nouvelliste et scénariste de grande renommée, il a reçu de nombreux prix et distinctions dont le Prix du Gouverneur général en 2014 pour The Back of the Turtle(La femme tombée du ciel). Son premier recueil de poésie 77 Fragments of a Familiar Ruin (Fragments d'un monde en ruine) paraît chez Mémoire d'encrier en mai 2021.

  • «Les histoires sont des inventions merveilleuses. Et dangereuses.», affirme Thomas King. Dans Histoire(s) et vérité(s). Récits autochtones, l'auteur explore comment les histoires et les contes façonnent nos perceptions. À travers la littérature et l'histoire, la religion et la politique, la culture populaire et la contestation sociale, King propose une réflexion inédite sur notre relation envers les peuples autochtones. L'Indien «réel», affirme l'auteur, ne ressemble guère à la figure du «sauvage», tirée des représentations entretenues par les Blancs nord-américains. Avec un esprit critique bien aiguisé, Thomas King démontre que les histoires sont la clé et, sans doute, le seul espoir pour se comprendre. Il nous oblige à les écouter... pour mieux appréhender les réalités de notre monde.

  • A Companion to Cultural Resource Management is an essential guide to those wishing to gain a deeper understanding of CRM and heritage management. Expert contributors share their knowledge and illustrate CRM's practice and scope, as well as the core issues and realities in preserving cultural heritages worldwide. Edited by one of the world's leading experts in the field of cultural resource management, with contributions by a wide range of experts, including archaeologists, architectural historians, museum curators, historians, and representatives of affected groupsOffers a broad view of cultural resource management that includes archaeological sites, cultural landscapes, historic structures, shipwrecks, scientific and technological sites and objects, as well as intangible resources such as language, religion, and cultural valuesHighlights the realities that face CRM practitioners "on the ground"

  • The world certainly suffers no shortage of accounting texts. The many out there help readers prepare, audit, interpret and explain corporate financial statements. What has been missing is a book offering context and discussion for divisive issues such as taxes, debt, options, and earnings volatility. King addresses the why of accounting instead of the how, providing practitioners and students with a highly readable history of U.S. corporate accounting. More Than a Numbers Game: A Brief History of Accounting was inspired by Arthur Levitt's landmark 1998 speech delivered at New York University. The Securities and Exchange Commission chairman described the too-little challenged custom of earnings management and presaged the breakdown in the US corporate accounting three years later. Somehow, over a one-hundred year period, accounting morphed from a tool used by American railroad managers to communicate with absent British investors into an enabler of corporate fraud. How this happened makes for a good business story. This book is not another description of accounting scandals. Instead it offers a history of ideas. Each chapter covers a controversial topic that emerged over the past century. Historical background and discussion of people involved give relevance to concepts discussed. The author shows how economics, finance, law and business customs contributed to accounting's development. Ideas presented come from a career spent working with accounting information.

empty