• Isolés entre la forêt opaque et les caprices d'un grand lac nordique, les survivants d'un désastre global ont réinventé, tant bien que mal, leur existence de pionniers. Leur communauté, déjà au péril du vieillissement, de l'inertie, va peut-être se réveiller sous le coup des émotions qu'un scandale et les traces de mystérieuses visites soulèvent en son propre sein. Mais, devant le défi primordial que la Nature lui lance, la peur, l'espoir, laissent la place à la seule question qui mérite notre angoisse : sommes-nous les seuls ? Établi en Amérique depuis près de quarante ans, Richard Vernier a longtemps vécu dans le Michigan. Il demeure maintenant non loin du Mont Rainer et de Seattle.

  • Le visiteur choisit les lieux privilégiés de son coup d'oeil. Il a le loisir de tirer les leçons d'une Amérique exemplaire, d'en dénoncer les symboles, d'en concilier les emblèmes en la géométrie signifiante d'une théorie d'ensemble. L'émigrant, lui, s'est occupé à survivre, voire à ne pas trop se faire remarquer. Son regard aura été discontinu, moins attentif peut-être. Mais, dans son accoutumance au banal, n'aurait-il pas, quand même, engrangé l'essentiel ? Des grands pans d'expérience qui ont sombré, surnagent des vestiges comme des bouts de films, parfois muets, souvent hors de propos. Pourtant, c'est dans ces fragments que l'on entrevoit les dimensions rarement visitées par les vrais voyageurs, les images disparates du quotidien dans un pays qui a d'abord été un film, et qui donne encore à rêver.

empty